Turquie: Près de 600 personnes auraient été arrêtées dimanche

GREVE Le ministre turc de l'Intérieur juge illégale menace de sévir face à l'appel à la grève générale après un week-end marqué par de nombreuses arrestations....

avec AFP

— 

Des étudiants sont aspergés au canon à eau lors d'une manifestation pour protester contre le gouvernement à Ankara, Turquie, le 5 janvier 2011.
Des étudiants sont aspergés au canon à eau lors d'une manifestation pour protester contre le gouvernement à Ankara, Turquie, le 5 janvier 2011. — A. ALTAN / AFP

Le ministre turc de l'Intérieur Muammer Güler a jugé ce lundi «illégal» l'appel à la grève générale lancé par de deux grands syndicats d'ouvriers en soutien de la contestation antigouvernementale, affirmant que toute manifestation serait réprimée.

La police aurait arrêté près de 600 personnes dimanche

«Il y a une volonté de faire descendre les gens dans la rue par des actions illégales comme un arrêt de travail et une grève», a dit Muammer Güler à la presse à Ankara, ajoutant que les forces de l'ordre «ne le permettront pas». Dès vendredi, le gouvernement turc avait menacé de faire intervenir l'armée pour empêcher les éventuelles manifestations à Istanbul et dans toute la Turquie, a indiqué ce lundi le vice-Premier ministre Bulent Arinç. «Tout d'abord, un policier n'est pas un vendeur de rue mais un membre des forces de l'ordre. Les policiers useront de tous les moyens qui leur sont conférés par la loi», a déclaré M. Arinç dans un entretien accordé à la télévision A Haber, ajoutant que «personne ne peut se plaindre de la police». «Si cela ne suffit pas, même les forces armées turques peuvent être utilisées dans les villes sous l'autorité des gouverneurs» de régions, a-t-il ajouté. Depuis le début de la contestation le 31 mai, le gouvernement turc a eu recours à la police antiémeute pour réprimer les manifestants à Istanbul et à Ankara.

La police aurait arrêté près de 600 personnes dimanche à Istanbul et à Ankara dans les manifestations antigouvernementales qui secouent la Turquie depuis plus de deux semaines, indique, ce lundi, un représentant des avocats de ces deux villes. «Environ 460 manifestants ont été interpellés par la police à Istanbul hier [dimanche]», souligne un responsable du barreau d'Istanbul sous couvert de l'anonymat. A Ankara, autre théâtre d'affrontements, «entre 100 et 130 personnes ont été interpellées» dimanche, a précisé une responsable du barreau de la capitale. Toute la journée de dimanche a été émaillée d'accrochages entre la police et des milliers de manifestants dans ces deux métropoles, après l'évacuation par la force samedi soir du parc Gezi, le bastion des protestataires.