Proche-Orient: Cafouillage autour d'un communiqué israélien sur le processus de paix

avec AFP
— 

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a ordonné ce mercredi le retrait d'un communiqué particulièrement conciliant sur le processus de paix avec les Palestiniens, qui devait être publié lors d'une visite en Pologne. Ce communiqué conjoint avec le gouvernement polonais, préparé par des membres du Conseil national de sécurité dépendant du Premier ministre, affirmait que «les mesures unilatérales prises par l'une ou l'autre partie sont contre-productives pour parvenir à une paix durable». Une formulation qui correspond à celle des États-Unis lorsqu'ils critiquent les projets de colonisation israéliens.

Le texte proclamait en outre que «la légitimité de l'État d'Israël et la sécurité de ses citoyens, tout comme le droit des Palestiniens à un État ne doivent jamais être remis en cause», sans mention de l'exigence de Benyamin Netanyahou que l'État palestinien soit démilitarisé et reconnaisse Israël comme «État juif». Selon la radio militaire, Benyamin Netanyahou, qui n'avait pas été consulté par les auteurs du communiqué, en a exigé au dernier moment le retrait.

Groupe de pression

Cette décision est survenue au lendemain de l'annonce de la constitution d'un groupe de pression d'une quarantaine de députés en faveur «d'Eretz Israël» (Israël aux frontières bibliques), qui s'oppose à la création d'un État palestinien et prône la relance tous azimuts de la colonisation. Ce lobby comprend trois ministres de partis favorables à la colonisation juive ainsi que des députés du Likoud. Trois autres ministres du Likoud ont également envoyé une lettre de soutien, alors que, selon le quotidien Haaretz, Benyamin Netanyahou avait interdit aux ministres de son parti de prendre officiellement part à ce groupe de pression.

Selon le correspondant diplomatique du journal, «la formulation surprenante du communiqué a alimenté des spéculations sur le fait qu'il s'agissait d'une tentative pour dissiper la mauvaise impression faite par les déclarations du vice-ministre des Affaires étrangères Danny Danon la semaine dernière». Mais «le communiqué n'était pas le résultat d'une décision délibérée du Premier ministre d'envoyer un message modéré à la communauté internationale. Il s'agissait plutôt d'une négligence de la part de Netanyahou et ses principaux conseillers», estime-t-il.

Benyamin Netanyahou avait réaffirmé dimanche son engagement à un État palestinien dans le cadre d'un accord de paix, en réponse à Danny  Danon, lui aussi membre du Likoud, qui avait affirmé que le gouvernement ne soutiendrait pas une solution à deux États. «Cet accord sera fondé sur un État palestinien démilitarisé qui reconnaît l'État juif, et sur des mesures de sécurité fermes, fondées sur les Forces de défense israéliennes (l'armée, NDLR)», a-t-il déclaré en Conseil des ministres.