Le retrait des troupes en question

©2006 20 minutes

— 

L'heure est-elle au retrait des troupes en Afghanistan ? Pas pour l'Italie, qui a exclu tout départ de ses 1 800 soldats, exigé par les ravisseurs afghans du photographe Gabriele Torsello. Pour le Premier ministre britannique Tony Blair, assailli par les critiques sur sa stratégie en Afghanistan, pas question non plus de retirer ses 5 000 soldats, qui ont lancé une offensive importante dans le Sud. Quant au président américain W. Bush, l'approche des élections parlementaires a infléchi le ton sans le fond : pas de retrait immédiat prévu. C'est différent côté français. Bien que cela n'ait jamais été officiellement confirmé, Paris envisagerait de retirer d'ici à quelques mois ses 200 forces spéciales en lutte contre les talibans et les rebelles liés à Al-Qaida.

F. V.

Six soldats allemands soupçonnés d'avoir participé à la profanation d'un crâne humain en Afghanistan ont été identifiés, a annoncé Berlin hier. « Quatre d'entre eux ne sont plus dans l'armée allemande et pour les deux autres, nous allons tirer les conséquences appropriées », a déclaré le ministre de la Défense, Franz Josef Jung.