Turquie: La situation est «sous contrôle», selon le gouvernement

MONDE Les manifestations anti-Erdogan durent depuis neuf jours...

avec AFP

— 

Des manifestants anti-Erdogan à Ankara, en Turquie, le 8 juin 2013.
Des manifestants anti-Erdogan à Ankara, en Turquie, le 8 juin 2013. — ADEM ALTAN / AFP

Le vice-Premier ministre turc Huseyin Celik a jugé samedi que la situation en Turquie était «sous contrôle», au neuvième jour des manifestations qui, dans tout le pays, exigent la démission du chef du gouvernement Recep Tayyip Erdogan.

«Le processus (des manifestations) est sous le contrôle du gouvernement, il se normalise et devient de plus en plus raisonnable», a jugé Celik devant la presse, à l'issue d'une réunion à Istanbul des instances dirigeantes du Parti de la justice et du développement (AKP) autour d'Erdogan.

«Le gouvernement tourne comme une horloge»

«Nous sommes prêts à répondre à toutes les exigences raisonnables, démocratiques et qui respectent la loi. Notre porte et nos coeurs sont ouverts à tous ceux qui veulent dialoguer», a-t-il poursuivi. Une nouvelle fois, le vice-Premier ministre a répété que son gouvernement respectait les modes de vie de chacun des Turcs.

«La façon dont les gens vivent, leurs choix personnels, leurs croyances, leurs religions sont tous respectables à nos yeux», a dit Celik en réponse aux critiques des manifestants qui accusent le pouvoir de vouloir «islamiser» la société. «S'il y a des défauts, nous sommes prêts à les corriger», a-t-il insisté. Interrogé par la presse, il a écarté le scénario d'élections anticipées pour résoudre la crise. «Le gouvernement tourne comme une horloge», a jugé le vice-Premier ministre, «vous ne décidez pas d'élections anticipées sous prétexte que des gens manifestent».

Il a également rejeté les sanctions contre les chefs de la police, exigées par les manifestants. «Le Premier ministre ne ferait pas tomber de têtes uniquement parce que certains le veulent», a-t-il tranché.