Garry Kasparov ne rentrera pas en Russie de crainte de poursuites

© 2013 AFP

— 

L'opposant à Vladimir Poutine et champion d'échecs Garry Kasparov a annoncé depuis Genève qu'il ne rentrerait pas en Russie, par crainte de poursuites judiciaires pour ses activités politiques.
L'opposant à Vladimir Poutine et champion d'échecs Garry Kasparov a annoncé depuis Genève qu'il ne rentrerait pas en Russie, par crainte de poursuites judiciaires pour ses activités politiques. — Andrey Smirnov AFP

L'opposant à Vladimir Poutine et champion d'échecs Garry Kasparov a annoncé depuis Genève qu'il ne rentrerait pas en Russie, par crainte de poursuites judiciaires pour ses activités politiques, selon une vidéo postée jeudi sur son site www.kasparov.com.

«Si je reviens à Moscou, je doute sérieusement avoir encore la possibilité de sortir du pays. Pour le moment, je m'abstiens de retourner en Russie», a déclaré M. Kasparov, ajoutant qu'il risquait d'être poursuivi comme d'autres membres de l'opposition russe.

Garry Kasparov, 50 ans, a annoncé sa décision mercredi à Genève, où il était venu recevoir un prix le récompensant pour son engagement en faveur des droits de l'Homme.

L'ancien champion du monde d'échecs a été l'un des fondateurs des mouvements d'opposition L'Autre Russie et Solidarité.

Devenu l'un des principaux opposants à Vladimir Poutine, après l'arrivée de ce dernier au Kremlin en 2000, Kasparov s'était mis en retrait ces dernières années et se faisait surtout le porte-parole de l'opposition à l'étranger.

Il avait participé à une grande manifestation anti-Poutine le 6 mai 2012 qui s'était terminée par des heurts avec la police.

Le procès de douze manifestants, accusés de «participation ou incitation à des troubles massifs», s'ouvre jeudi à Moscou.

Selon un proche de Garry Kasparov, cité par le Moscow Times, Sergueï Davidis, l'ancien champion d'échecs a été convoqué comme témoin dans le cadre de l'enquête sur la manifestation du 6 mai 2012.