A Pékin, Chirac va s'échiner à vendre français

©2006 20 minutes

— 

L'économie chinoise a démarré l'année sur les chapeaux de roue, affichant au premier trimestre une croissance de 10,2% qui dépasse les prévisions et n'est pas sans danger, de l'aveu même du gouvernement.
L'économie chinoise a démarré l'année sur les chapeaux de roue, affichant au premier trimestre une croissance de 10,2% qui dépasse les prévisions et n'est pas sans danger, de l'aveu même du gouvernement. — Frederic J. Brown AFP

Jacques Chirac devrait atterrir ce matin à Pékin pour son quatrième voyage officiel dans cet empire du Milieu qu'il affectionne, dans un contexte plutôt favorable. Exportations en hausse de 27,5 % pour le premier semestre 2006, léger gain de parts de marché, « les résultats commerciaux entre la France et la Chine n'ont jamais été aussi bons depuis cinq ans », selon la mission économique de Pékin. Tournée des dossiers qui pourraient encore être dopés par la visite présidentielle.

Trains Alstom cherche à obtenir la construction de la ligne à grande vitesse entre Wuhan et Canton. La Chine est déjà le plus gros client du groupe.

Nucléaire Areva, donné hors course par la rumeur pour la construction de centrales de troisième génération, serait finalement toujours en lice pour ce contrat de huit milliards de dollars.

Aéronautique Airbus attend une commande chinoise, mais devra aussi s'expliquer sur le retard de livraison des cinq A380 commandés pour les JO de Pékin, en 2008. Les modalités d'installation de la chaîne d'assemblage d'Airbus dans la banlieue de la capitale chinoise et d'un éventuel transfert de technologie devraient être évoquées.

Automobile Peugeot, qui a vendu l'an dernier 140 000 voitures aux Chinois, va poser la première pierre de sa seconde usine vendredi.

Santé Une coopération sino-française pour la médecine d'urgence doit être mise en place à l'hôpital de Wuhan.

Banques La Société générale lutte contre l'américain Citigroup pour le rachat d'une partie de Guangdong Bank.

Diplomatie Côté français, on se défend que ces deux jours de négociation ne soient qu'une « visite VRP ». Jacques Chirac devrait évoquer demain avec le président chinois Hu Jingtao les dossiers de la Corée du Nord, du Darfour, du Liban et de l'Iran. Autant de crises à l'ordre du jour du Conseil de sécurité de l'ONU, auquel siègent la Chine et la France.

A Shanghai, Caroline Dijkhuis