Suède: Cinquième nuit d'émeutes à Stockholm

MONDE Ses banlieues se sont à nouveau enflammées...

avec AFP

— 

Des pompiers tentent d'éteindre des voitures incendiées à Kusta, une banlieue de Stockholm lors des émeutes en Suède le 21 mai 2013.
Des pompiers tentent d'éteindre des voitures incendiées à Kusta, une banlieue de Stockholm lors des émeutes en Suède le 21 mai 2013. — Fredrik Sandberg/AP/SIPA

Plus d'une douzaine de véhicules ont été la proie des flammes tandis que des départs d'incendies, rapidement maîtrisés, se sont déclarés dans trois écoles et un commissariat de police, vendredi, lors de la cinquième nuit consécutive d'incidents dans les quartiers pauvres de la banlieue de Stockholm à forte population étrangère.

>> Découvrez notre diaporama «Malaise en banlieue»

La police a indiqué qu'elle prévoyait d'appeler des renforts, tandis que des groupes de parents ou organisations d'habitants qui patrouillaient dans les rues ont prêté assistance, a affirmé un porte-parole de la police, Kjell Lindgren. Les pompiers ont fait état sur Twitter de 70 interventions dans la nuit, pour éteindre des incendies de voitures, bennes ou bâtiments. Ce total est inférieur aux 90 de la nuit précédente.

Lindgren a annoncé 13 interpellations de personnes âgées de 17 à 26 ans. Il a précisé qu'il n'y avait pas eu de blessé. Un jeune homme affirmant avoir participé aux incidents, et identifié par la radio publique SR sous le pseudonyme de Kim, a dit avoir agi par révolte contre le chômage et le racisme touchant ces quartiers.

«C'est la seule manière de se faire entendre»

«On a brûlé des voitures, jeté des pierres sur la police, les voitures de police. Mais c'est une bonne chose, parce que maintenant les gens savent où est Husby (...) C'est la seule manière de se faire entendre», a-t-il déclaré. A Rinkeby, un quartier de Stockholm connu pour sa concentration d'immigrés pauvres, cinq voitures garées les unes à côté des autres ont entièrement brûlé.

A Jordbro, dans la banlieue sud, un incendie de voiture s'est étendu à un centre commercial, l'endommageant fortement. Trois autres véhicules ont été incendiés à Norsborg tandis que l'incendie d'un commissariat de police à Älvsjö était rapidement maîtrisé. Les pompiers ont dit avoir rapidement maîtrisé un départ d'incendie dans une école du quartier de Tensta et une maternelle de Kista.

Les policiers de Södertälje, ville de la banlieue de Stockholm, ont rapporté avoir été caillassés. D'après SR, les trois grandes compagnies d'assurance en Suède, If, Folksam et Trygg-Hansa, ont jusqu'ici chacune reçu des demandes d'indemnisation pour 20 à 30 véhicules brûlés. Une dirigeante d'If a évoqué des «millions» de couronnes (des centaines de milliers d'euros) de primes à prévoir.

Débat en Suède sur l'intégration des immigrés

Ces violences ont provoqué un débat en Suède sur l'intégration des immigrés, qui représentent environ 15% de la population, se concentrent dans les quartiers pauvres des grandes villes du pays et connaissent un taux de chômage plus important que le reste de la population. A Husby, le taux de chômage atteignait ainsi 8,8% en 2012, contre 3,6% à Stockholm.

A l'étranger, elles ont remis en cause l'image pacifique et égalitaire de la société suédoise. «Les Suédois ont leur Villiers-le-Bel ou leur Clichy-sous-Bois», deux villes de la banlieue parisienne touchées par de graves émeutes en 2007 et 2005 respectivement, a estimé le polémiste Eric Zemmour sur la radio française RTL.

>> Lire notre interview d'un expert suédois: «Comme en France en 2005, une petite étincelle a suffi, et le brasier de frustrations s’est enflammé»

Les troubles auraient pour origine la mort à Husby, un quartier défavorisé de la capitale, d'un habitant de 69 ans abattu par la police à son domicile. La police a dit avoir été incapable de raisonner cet homme armé et a plaidé la légitime défense. En raison de sa politique d'immigration libérale, la Suède est devenue ces dernières décennies l'une des premières destinations des immigrants en Europe, dont des ressortissants d'Irak, d'Afghanistan, de Somalie, des Balkans et récemment de Syrie.

De graves incidents comparables à ceux se déroulant actuellement avaient déjà eu lieu en 2010 à Rinkeby et en 2008 à Malmoe (sud) où un centre culturel islamique avait été fermé.