Tony Blair persiste et refuse tout retrait des soldats d'Irak

©2006 20 minutes

— 

Les critiques ont beau pleuvoir, Tony Blair a décidé de ne pas céder d'un pouce. Le Premier ministre britannique a réaffiché hier sa détermination à rester aussi longtemps que nécessaire en Irak. Selon lui, un retrait prématuré de ses 7 000 soldats serait un « désastre ». « C'est notre politique de nous retirer progressivement quand les forces irakiennes seront capables d'assurer la sécurité », a-t-il déclaré. La semaine dernière, le chef d'état-major des armées avait estimé que la présence des troupes britanniques exacerbait les problèmes de sécurité dans ce pays. Mardi, le général Ed Butler est monté au créneau. Il a publiquement regretté le temps perdu en Afghanistan pendant quatre ans en raison de l'engagement des Britanniques en Irak. Il a ajouté que les 5 000 Britanniques auraient pu être plus efficaces s'ils avaient disposé de plus de moyens. De quoi mettre Tony Blair, dont le départ est prévu au plus tard l'été prochain, dans une position inconfortable.