Royaume-Uni: David Cameron s’apprête à faire face aux eurosceptiques

MONDE Le Premier ministre britannique David Cameron va devoir affronter une nouvelle rébellion dans les rangs conservateurs au Parlement au sujet de l'Union européenne...

avec AFP

— 

Le Premier ministre britannique David Cameron, le 16 janvier 2013, devant le 10 Downing Street, à Londres.
Le Premier ministre britannique David Cameron, le 16 janvier 2013, devant le 10 Downing Street, à Londres. — Lefteris Pitarakis/AP/SIPA

A l'occasion d'un vote qui pourrait être soutenu par une centaine de députés eurosceptiques, David Cameron s’apprête à faire face à quelques contestations au Parlement.

Le chef du gouvernement, qui a promis d'organiser un référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'UE avant la fin 2017 s'il était réélu, est soumis à une pression grandissante des eurosceptiques de son camp, qui réclament des garanties sur la tenue de cette consultation.

En effet, des députés ont présenté une motion à la Chambre des Communes (chambre basse du parlement), dans laquelle ils regrettent l'absence, dans le programme législatif du gouvernement présenté le 8 mai, de projet de loi scellant l'organisation d'un référendum sur l'UE.

Selon la presse, un vote symbolique sur cette motion pourrait avoir lieu mardi ou mercredi et recueillir le soutien de quelque 100 députés -soit un tiers des effectifs conservateurs à la Chambre des Communes-, galvanisés par les récents succès électoraux du parti anti-européen Ukip.

Lors d'un précédent vote de rébellion sur l'UE, 81 députés conservateurs avaient en octobre 2011 réclamé la tenue d'un référendum en ignorant les consignes de vote du gouvernement. Une consultation que David Cameron a finalement promise, à l'horizon 2017.