Attentats en Turquie: le bilan s'alourdit

DIPLOMATIE Un double attentat à la voiture piégée a fait au moins 43 morts dans une ville proche de la Syrie...

S.L., avec AFP

— 

Un double attentat à la voiture piégée a fait au moins 40 morts samedi 11 mai 2013 à Reyhanli en Turquie.
Un double attentat à la voiture piégée a fait au moins 40 morts samedi 11 mai 2013 à Reyhanli en Turquie. — CEM GENCO / AFP

Le bilan du double attentat à la voiture piégée, qui a secoué la ville de Reyhanli samedi, s'alourdit. Le ministre turc de l'Intérieur Muammer Güler annonce au moins 43 morts samedi à Reyhanli, ville turque situé à 8km d'un important poste-frontière avec la Syrie. «Les personnes et l'organisation qui ont mené (l'attaque) ont été identifiées. Il a été établi qu'elles étaient liées à des organisations soutenant le régime syrien et ses services de renseignement», a déclaré au cours d'une conférence de presse le minsitre turc de l'Intérieur, cité par la chaîne de télévision publique TRT sur son site internet.

Le vice-Premier ministre Besir Atalay, qui participait également à la conférence de presse à Antakya, une ville proche de Reyhanli, dans la province de Hatay, a pour sa part précisé que les auteurs de l'attentat ne venaient pas de l'autre côté de la frontière, mais se trouvaient en Turquie. «Selon nos informations, les auteurs venaient de l'intérieur», a-t-il déclaré.

François Hollande et l'ambassadeur américain condamnent les attentats

De leurs côtés, les Etats occidentaux ont très tôt réagi. Le président François Hollande a condamné «avec la plus grande fermeté» cet attentat dans un communiqué. «Dans ces circonstances tragiques, le Chef de l'État exprime, au nom de la France, sa solidarité avec le peuple et les autorités turcs». Tandis que l'ambassadeur américain en Turquie, Francis Ricciardone, dans un message de condoléances aux victimes, a indiqué que «les Etats-Unis condamnent les attentats monstrueux de ce jour et se tient aux côtés du peuple et du gouvernement turcs pour identifier les coupables et les présenter devant la justice».

Deux voitures piégées ont explosé vers 10h55 GMT devant la mairie et la poste de Reyhanli (province de Hatay), une localité située à huit kilomètres d'un important poste-frontière avec la Syrie. Interrogé par des journalistes sur un éventuel lien entre ces attentats et le conflit syrien, le vice-Premier ministre et porte-parole du gouvernement Bülent Arinç a estimé que le régime de Damas et le président syrien Bachar al-Assad faisaient figure de suspects. «Avec leurs services de renseignement et leurs groupes armés, ils font certainement figure de suspects habituels pour la mise en oeuvre, et davantage encore pour l'instigation d'un plan aussi démoniaque», a déclaré le vice-Premier minsistre sur la chaîne de télévision turque NTV, soulignant toutefois que l'enquête n'en était qu'à son commencement.

Un autre attentat à la voiture piégée avait fait 17 morts le 11 février dernier

Les autorités turques avaient déjà imputé aux services de renseignement syrien un attentat à la voiture piégée qui avait fait 17 morts et 30 blessés le 11 février au poste-frontière de Cilvegözü, proche de Reyhanli. La Turquie soutient les rebelles syriens et a appelé le président Bachar al-Assad à quitter le pouvoir. Elle accueille sur son sol quelque 400.000 Syriens fuyant les combats dans leur pays, dont la moitié dans des camps de réfugiés comme celui qui jouxte la ville de Reyhanli.