Ariel Castro est passé devant le tribunal

ENQUÊTE riel Castro, inculpé pour la séquestration et le viol de trois jeunes femmes pendant une dizaine d'années dans sa maison de Cleveland (Ohio, nord), a brièvement comparu jeudi matin devant un tribunal de la ville...

avec AFP

— 

Ariel Castro parle avec son avocate, Kathleen DeMetz.
Ariel Castro parle avec son avocate, Kathleen DeMetz. — Matt SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Ariel Castro, inculpé pour la séquestration et le viol de trois jeunes femmes pendant une dizaine d'années dans sa maison de Cleveland (Ohio, nord), a brièvement comparu jeudi matin devant un tribunal de la ville. Menotté, les yeux rivés vers le sol, ce chauffeur de bus au chômage de 52 ans n'a pas prononcé un mot durant cette audience de quelques minutes. Vêtu d'habits sombres, il a soigneusement évité les regards et n'a manifesté aucune réaction à la lecture des charges pesant contre lui.

Le tribunal a fixé une caution de deux millions de dollars pour chaque cas, soit huit millions de dollars au total, s'assurant ainsi du maintien en détention du suspect. Selon Kathleen DeMetz, son avocate commis d'office, il devait être probablement placé sous surveillance particulière pour éviter toute tentative de suicide.

«Je ne souhaite pas faire de commentaires sur son attitude ou ses déclarations pour le moment», a-t-elle indiqué. «Cet homme n'a pas un sou», a-t-elle précisé, confirmant que le paiement de la caution était absolument inenvisageable. Les deux frères d'Ariel Castro, qui avaient été interpellés en même temps que lui mais contre lesquels aucune charge n'a été retenue dans cette affaire, ont été remis en liberté lors de la même audience.

«Elles n'étaient pas dans la même pièce»

«Ariel a tenu tout le monde à l'écart», avait expliqué mercredi le chef adjoint de la police de Cleveland, Ed Tomba. Il avait été inculpé mercredi de viols et de quatre séquestrations: celle d'Amanda Berry et de sa fille de 6 ans Jocelyn, née en captivité, de Gina DeJesus et de Michelle Knight, toutes quatre libérées lundi soir grâce à l'aide d'un voisin.

Les conditions de détention de ses victimes continuent d'être divulguées au compte-gouttes. Selon Tomba, les trois femmes ne seraient sorties de la maison où elles étaient prisonnières qu'à deux brèves reprises, et uniquement pour aller dans le garage après avoir dû se «déguiser». Le chef de la police Michael McGrath a confirmé qu'«elles étaient attachées« après avoir retrouvé «des chaînes et des cordes dans le couloir».

«Elles n'étaient pas dans la même pièce, mais elles se connaissaient et savaient que les autres étaient là», a précisé Tomba, sans confirmer des informations de presse selon lesquelles les jeunes femmes seraient plusieurs fois tombées enceinte. Un voisin, Roberto Diaz, cité par le Washington Post, affirme qu'Ariel Castro participait à des événements menés pour retrouver les filles disparues, comme des marches en leur honneur ou des distributions de tracts.

L'ancienne femme de Castro avait porté plainte contre lui

L'oncle d'Ariel Castro, Julio, raconte cependant que son neveu s'est isolé de la famille après la mort de son père en 2004, année de la disparition de Gina, un an après celle d'Amanda et deux ans après celle de Michelle. En 2005, l'ancienne femme de Castro, Grimilda Figueroa, décédée l'an dernier, avait porté plainte contre lui, l'accusant d'avoir «souvent enlevé» leurs deux filles et de les avoir «empêché d'être avec (leur) mère».

Les documents judiciaires indiquent en outre que Grimilda Figueroa avait eu deux fois le nez brisé, des côtes cassées, les épaules luxées, et qu'elle avait demandé au juge «d'empêcher (Castro) de menacer de la tuer». La journée de mercredi avait été riche en émotions pour Amanda Berry, 27 ans, et Gina DeJesus, 23 ans, qui sont rentrées dans leur famille tandis que Michelle Knight, 32 ans, restait hospitalisée à Cleveland.

Amanda Berry est retournée après 10 ans de séquestration chez sa soeur, avec sa petite fille Jocelyn. Dans la plus grande confusion et sous les applaudissements, sa soeur a remercié «les médias et les gens pour leur soutien et leur aide pendant ces années». «C'est un jour joyeux et triste aussi pour Amanda car sa maman n'est plus là», a confié une cousine d'Amanda. La mère d'Amanda, Louwana Miller, est morte en mars 2006, «de chagrin» selon ses proches.
 
La police a reconnu être déjà allée à deux reprises à la demeure d'Ariel Castro: en mars 2000 pour une bagarre dans la rue, et en janvier 2004 au sujet d'Ariel Castro, chauffeur de bus scolaire, qui avait oublié un enfant dans un bus. La police avait alors frappé en vain à la porte du domicile, sans obtenir de réponse.