Un mur entre l'Arabie saoudite et l'Irak

— 

Obnubilée par la vague de violence en Irak, l'Arabie saoudite compte se doter d'une barrière électronique pour surveiller sa frontière de 900 km avec ce pays afin d'empêcher l'infiltration d'extrémistes islamistes et le trafic d'armes.

Le projet, portant sur un système sophistiqué de surveillance radar et d'alerte électronique pour détecter les infiltrations, devrait être réalisé sur une période de cinq ans. Aucune indication n'a été fournie sur la date d'exécution du projet, d'un coût estimé à 12 milliards de dollars, selon un homme d'affaires saoudien.

Entre-temps, la construction d'un mur de sable et d'une route-ceinture pour faciliter les déplacements des patrouilles de garde-frontières a permis aux autorités saoudiennes de mieux "contrôler les tentatives d'infiltration en provenance d'Irak", selon un diplomate. "Mais les autorités redoutent l'infiltration depuis l'Irak de trafiquants d'armes ou de drogue, comme elles craignent le retour d'extrémistes islamistes entrés en Irak depuis d'autres pays pour combattre les forces américaines".

Selon l'armée américaine, les Saoudiens représentent près de 12% des 3.000 étrangers partis en Irak combattre aux côtés des insurgés.