Irak: Trois mots dans des attentats-suicides anti-Kurdes

avec AFP

— 

Trois personnes ont été tuées mercredi dans des attentats suicide contre des locaux de la sécurité et d'un parti kurde dans le nord de l'Irak, tandis que cinq autres ont péri ailleurs dans des violences, selon des sources médicales et de sécurité.

Un kamikaze a fait exploser une voiture piégée contre des bureaux des peshmergas, miliciens kurdes de la région autonome du Kurdistan irakien, situés près de Kirkouk, tuant un milicien et blessant 12 autres, a indiqué la police et une source médicale.

Un autre attentat suicide contre un bureau du parti du président irakien Jalal Talabani à Kirkouk a fait un mort et 38 blessés.

Un chauffeur de taxi abattu

Un second peshmerga a trouvé la mort dans un attentat suicide à la voiture piégée à Touz Khourmatou, dans la province de Salaheddine.

A Fallouja , des hommes armés ont ouvert le feu sur un point de contrôle de la police de cette ville de l'ouest de l'Irak, tuant trois policiers et blessant deux autres. L'un des assaillants a également péri dans l'attaque.

Et à Bagdad, un chauffeur de taxi a été abattu dans le quartier al Jamia (ouest) par un homme armé muni d'un pistolet silencieux, selon une source de sécurité.

79 personnes tuées depuis début mai

Depuis le début du mois, au moins 79 personnes, pour la plupart des membres de forces de sécurité, ont été tuées dans les violences en Irak, selon un bilan de l'AFP basé sur des sources médicales et de sécurité.

Bien que les violences aient diminué depuis le conflit confessionnel de 2006-2007, l'Irak continue d'être endeuillé par des attentats quotidiens.

Avril a été le mois le plus meurtrier dans le pays depuis près de cinq ans avec 712 morts, selon l'ONU à Bagdad.