Le djihadiste français Gilles Le Guen arrêté dans le nord du Mali

TERRORISME Le djihadiste français se faisait appeler Abdel Jelil...

M.Gr. avec AFP

— 

Gilles Le Guen, un djihadiste français qui se faisait appeler Abdel Jelil, s'était mis en scène dans une vidéo en octobre 2012
Gilles Le Guen, un djihadiste français qui se faisait appeler Abdel Jelil, s'était mis en scène dans une vidéo en octobre 2012 — Capture YouTube

Le djihadiste français Gilles Le Guen aurait été arrêté au Mali, rapporte RTL ce mardi. Il a été capturé par l'armée française au Mali dans la nuit de dimanche à lundi, a déclaré mardi le porte-parole de l'état-major des armées, confirmant une information de RTL.

«Il est détenu par les forces françaises et doit être remis aux autorités maliennes», a ajouté le colonel Thierry Burkhard. L'éventuel retour en France du prisonnier ne relève pas de l'armée française, a-t-il précisé.

Il s'était mis en scène dans une vidéo

Le djihadiste, qui se faisait appeler Abdel Jelil, avait notamment fait parler de lui en s'exprimant à visage découvert dans une vidéo publiée sur Youtube. L’homme d’une quarantaine d’années s’exprimait en français. Pendant une dizaine de minutes, le jihadiste racontait ainsi une partie de sa vie.

Cet ancien officier de la marine marchande, qui disait vivre avec sa femme et ses cinq enfants à Tombouctou, détaillait dans cette vidéo avoir vadrouillé à travers le monde. Il aurait même travaillé pour Médecins sans frontière avant de décider de se mettre au service du jihad (la guerre sainte), pour lutter contre le mensonge et contre le grand tyran: «l’économie de marchés internationale» ainsi que les «alliés du diable», qu’il accusait d’encourager «la convoitise, les profits, l’adultère ou l’homosexualité…»

L’homme mettait également en garde les Etats-Unis, la France et les Nations unies contre une intervention au Sahel et dans le Nord Mali, qui ne serait pas «sans causer des séditions, une catastrophe humaine et qui légitimerait notre lutte», prévient-il. Il interpelle d’ailleurs François Hollande sur cette question et appelle «le peuple français à s’opposer à toute agression qui ne serait pas dans leurs intérêts».