Bangladesh: Le propriétaire de l'immeuble devant la justice

Avec Reuters

— 

Le propriétaire de l'immeuble-usine qui s'est effondré mercredi dernier au Bangladesh, faisant 385 morts selon le dernier bilan officiel, a été accueilli par la foule aux cris de «Pendez-le» ce lundi lors de sa première comparution devant la justice.

Mohammed Sohel Rana, interpellé dimanche à la frontière indienne par la police d'élite bangladaise, est arrivé au tribunal sous bonne escorte, protégé par un casque et un gilet pare-balles. La Cour l'a maintenu en détention préventive pendant 15 jours afin qu'il soit interrogé.

Passibles de la peine de mort

Mohammed Sohel Rana risque des poursuites pour homicide et construction défectueuse. Le meurtre et certains types d'homicides sont passibles de la peine de mort au Bangladesh. «A la potence!» a crié un badaud parmi la foule. «Il ne mérite aucune pitié.»

Sur les ruines de l'immeuble de Savar, un faubourg industriel à une trentaine de km de Dacca, la capitale, les responsables des secours ont pratiquement abandonné l'idée de retrouver des survivants. Outre les 385 décès officiellement confirmés, des centaines d'autres personnes restent portées disparues.

L'immeuble du Rana Plaza abritait de nombreux ateliers de confection travaillant pour des marques occidentales. Depuis l'accident, plus de 2.500 personnes ont pu être sorties vivantes des décombres.

Plus de 3.000 employés - des femmes pour la plupart - avaient pénétré mercredi matin dans le bâtiment malgré une secousse suspecte et l'apparition de fissures la veille. Une banque et plusieurs boutiques situées dans l'immeuble sont restées closes pour cette raison.