Le président chypriote veut accroître la transparence politique

Avec Reuters

— 

Le président chypriote a proposé ce lundi un ensemble de mesures de transparence politique afin de reconquérir une opinion publique désabusée par les affaires de corruption et de mauvaise gestion qui ont abouti au sauvetage financier chaotique de l'île le mois dernier.

Nicos Anastasiades, qui a été élu à la mi-février, propose d'amender la constitution pour élargir les infractions passibles de poursuites pour le chef de l'Etat, limiter à deux le nombre de mandats présidentiels consécutifs, lever l'immunité pour les parlementaires et obliger les détenteurs de postes de haute responsabilité à déclarer leurs revenus.

«L'opinion critique à juste titre les responsables politiques qui ne sont pas honnêtes avec le peuple et oublient leurs promesses dès qu'ils sont élus. Aujourd'hui, je veux faire mentir cette règle», a déclaré le président conservateur.

Pour l'instant, des poursuites ne peuvent être engagées contre le président que pour haute trahison ou turpitude morale. Une tentative de réduire cette immunité a été retoquée l'an dernier par la Cour suprême. Elle visait le prédécesseur d'Anastasiades, Demetris Christofias, que les proches des 13 victimes d'une explosion dans un dépôt de munitions voulaient poursuivre en justice, le tenant moralement responsable de l'accident.