Les électeurs sanctionnent la politique d'austérité

— 

Des membres du Parti de l'indépendance, lors de l'annonce des résultats.
Des membres du Parti de l'indépendance, lors de l'annonce des résultats. — S. Johannsson / Reuters

Habituellement, c'est le saumon et la truite qu'il va pêcher. Samedi, l'eurosceptique Bjarni Benediktsson, chef de file du Parti de l'indépendance (centre-droit), est allé à la pêche aux voix, en remportant 26, 7 % des suffrages aux législatives islandaises. Bien que sa famille politique soit à l'origine de la crise bancaire de 2008, elle disposera de 19 sièges au Parlement et Bjarni Benediktsson devrait être appelé à former un gouvernement avec le Parti du progrès, l'autre mouvement de centre-droit. Ce résultat sonne comme un désaveu pour la politique d'austérité menée depuis cinq ans par les sociaux-démocrates qui n'ont obtenu que 12, 9 % des voix. Il signe aussi le rejet de l'adhésion de l'Islande à l'Union européenne.