Mali: Les rebelles touaregs refusent de déposer les armes avant le scrutin

Avec Reuters

— 

Les rebelles touaregs maliens du MNLA ont rejeté mercredi les appels lancés par la France pour qu'ils déposent les armes d'ici les élections prévues, en principe, avant la fin juillet, affirmant qu'ils se battraient jusqu'au dernier dans l'hypothèse où l'armée de Bamako pénètre dans des secteurs placés sous leur contrôle.

Mahamadou Djeri Maïga, vice-président du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA, rébellion touarègue), a déclaré que la France, l'ancienne puissance coloniale, se devait moralement d'obliger le gouvernement de Bamako à venir à la table de négociation pour forger un accord garantissant un cadre pour l'autonomie du Nord assorti de garanties internationales.«A-t-on jamais vu un groupe désarmer avant la tenue de négociations?», s'est interrogé le principal négociateur touareg devant l'agence Reuters.

Malgré des pressions françaises, rien n'indique à Bamako que des pourparlers soient sur le point de s'engager entre le gouvernement central et les séparatistes du MNLA, composé principalement de Touaregs. Le pouvoir malien affirme pour sa part vouloir restaurer son autorité sur la région du Nord, désertique et le lieu de tous les trafics.