Canada: Un des islamistes présumés refuse la justice humaine

© 2013 AFP

— 

Le principal suspect islamiste dans l'affaire de l'attentat déjoué contre un train au Canada a comparu mercredi à Toronto, apparaissant confiant et rejetant d'avance la justice canadienne, car, pour lui, "seul Dieu est parfait".
Le principal suspect islamiste dans l'affaire de l'attentat déjoué contre un train au Canada a comparu mercredi à Toronto, apparaissant confiant et rejetant d'avance la justice canadienne, car, pour lui, "seul Dieu est parfait". — Atalante Atalante

Un des islamistes présumés accusés d'avoir planifié un attentat contre un train au Canada, Chiheb Esseghaier, a déclaré mercredi à Toronto qu'il refusait d'être jugé selon le Code criminel, l'opposant au «livre saint», autrement dit, au Coran.

Comparaissant devant une magistrate, Susan Hilton, Esseghaier a déclaré qu'il ne fallait pas «fonder ses jugements» sur le Code criminel, parce que ce «n'est pas un livre saint, il est écrit par des êtres qui ne sont pas parfaits, car seul le Créateur est parfait».

Chiheb Esseghaier a été arrêté par la police canadienne lundi à Montréal, alors que son complice présumé, Raed Jaser, a été appréhendé à Toronto.

Surveillés depuis plusieurs mois

Ce dernier a comparu mardi à Toronto et a été accusé notamment d'«association terroriste» et de «conspiration en vue de commettre un meurtre en association avec un groupe terroriste».

La police a indiqué que les deux hommes recevaient leurs ordres d'éléments d'Al-Qaida établis en Iran, une accusation qui a été immédiatement rejetée par Téhéran. «Toutes les conclusions (de la justice à son égard) sont basées sur le Code criminel et nous savons tous que le Code criminel n'est pas un livre saint, il est écrit par des êtres qui ne sont pas parfaits, car seul le Créateur est parfait», a affirmé Chehib Esseghaier, un ingénieur né à Tunis et âgé de 30 ans.

«Donc nous ne pouvons pas fonder nos jugements» sur ces écrits, a-t-il ajouté.

Selon les médias canadiens les deux hommes étaient surveillés depuis plusieurs mois et la police a décidé de précipiter leur arrestation en raison de l'attentat de Boston la semaine passée.