Sept morts dans des tirs de mortier près de Damas

Avec Reuters

— 

Deux obus de mortier ont frappé mercredi une zone de la banlieue de Damas contrôlée par les forces de Bachar al Assad, tuant sept personnes et en blessant plus de 25 autres, selon des activistes et des médias officiels syriens. L'agence de presse officielle Sana a attribué cette attaque à des «terroristes», terme utilisé par le régime pour qualifier les rebelles en lutte contre le président Bachar al Assad.

L'attaque, qui, selon Sana, a détruit un bureau de la mairie et une école de Djaramana, n'a pas été revendiquée. Cette banlieue contrôlée par l'armée est entourée de zones tenues par les rebelles. Une unité rebelle basée à Damas a condamné le tir de mortier sur Djaramana, le qualifiant d'attaque injuste contre des civils.

L'agence Sana a en outre signalé la mort d'un responsable du ministère de l'Electricité mercredi, tué au centre de Damas dans l'explosion de sa voiture. Les rebelles se sont emparés de plusieurs quartiers de la banlieue sud et est de la capitale au cours des dernières semaines, mais ont du mal à tenir leurs positions. Ils tentent depuis des mois d'établir une voie de passage dans la capitale, à partir de Djaramana, mais ont été repoussés par des milices.