Pékin tente de retenir la Corée du Nord, dit un responsable américain

Avec Reuters

— 

Le chef d'état-major de l'armée américaine dit avoir été informé par les dirigeants chinois qu'ils tentaient de convaincre la Corée du Nord de renoncer à son programme nucléaire militaire. La Chine, premier partenaire commercial et principal soutien financier de la Corée du Nord, s'est jusqu'ici montrée réticente à l'idée de faire pression sur son voisin, mais elle a récemment laissé percer son agacement face aux menaces nord-coréennes contre les Etats-Unis, la Corée du Sud et le Japon.

«Je partirai d'ici avec la conviction que les dirigeants chinois sont aussi préoccupés que nous par la marche nord-coréenne vers la nucléarisation et la technologie balistique et ils nous ont donné l'assurance qu'ils travaillaient sur ce sujet, autant que nous le faisons», a déclaré à la presse le général Martin Dempsey, au dernier jour d'une visite en Chine. «Nous pensons donc qu'il est encore temps pour les dirigeants nord-coréens de s'abstenir de toute nouvelle provocation et nous espérons assurément qu'ils saisiront cette occasion», a-t-il ajouté.

Revenir dans le jeu diplomatique

Pyongyang a mené en février un troisième essai nucléaire après ceux de 2006 et de 2009, ce qui a entraîné de nouvelles sanctions de l'ONU, auxquelles la Corée du Nord a réagi par de nouvelles menaces d'attaque nucléaire contre les Etats-Unis.

Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, qui était en visite à Pékin au début du mois, a souligné l'importance de la Chine, qui est, selon les Etats-Unis, la mieux placée pour persuader Pyongyang de revenir dans le jeu diplomatique.

Martin Dempsey a affirmé que les Etats-Unis étaient capables de se défendre face à la Corée du Nord. La Corée du Nord a demandé mardi à être reconnue en tant que puissance nucléaire militaire, une requête aussitôt jugée «ni réaliste, ni acceptable» par les Etats-Unis.