Syrie: Les évêques d'Alep toujours portés disparus

© 2013 AFP

— 

Les deux évêques orthodoxes d'Alep enlevés en Syrie étaient toujours portés disparus mercredi après l'annonce de leur libération par une association chrétienne qui s'est ensuite rétractée.
Les deux évêques orthodoxes d'Alep enlevés en Syrie étaient toujours portés disparus mercredi après l'annonce de leur libération par une association chrétienne qui s'est ensuite rétractée. — Louai Beshara AFP

Les deux évêques orthodoxes d'Alep enlevés en Syrie étaient toujours portés disparus mercredi après l'annonce de leur libération par une association chrétienne qui s'est ensuite rétractée.

Le pape François a demandé la libération des deux prélats, affirmant que des «nouvelles contradictoires» circulaient à leur sujet et priant pour qu'ils «reviennent vite dans leurs communautés».

«Nous n'avons pas de nouvelles informations. Nous ne pouvons pas dire qu'ils ont été libérés», a indiqué à l'AFP le prêtre Ghassan Ward, du diocèse grec orthodoxe d'Alep, dans le nord de la Syrie.

 

«Nous n'avons eu aucun contact avec» Mgr Youhanna Ibrahim, évêque syriaque orthodoxe d'Alep, et Mgr Boulos Yazigi, évêque grec orthodoxe de la même ville, a-t-il poursuivi, indiquant que les efforts pour leur libération se poursuivaient.

«Nous sommes très inquiets», a souligné le prêtre. Un responsable au diocèse syriaque orthodoxe a également affirmé qu'il était sans nouvelle des deux prélats.

Mardi, l'association chrétienne «l'Oeuvre d'Orient» avait indiqué que les deux évêques orthodoxes enlevés lundi avaient été libérés vers 14 heures locales, citant ses sources en Syrie, dans un communiqué parvenu à l'AFP.

L'association, dont le siège est à Paris et qui aide les Eglises en difficulté au Moyen-Orient, a finalement reconnu mercredi n'avoir aucune «preuve tangible» de la libération des deux évêques, affirmant avoir reçu dans la soirée une information qui la mettait en doute. «La situation reste confuse, et on ne sait toujours pas par qui ils ont été enlevés», a indiqué Catherine Baumont, porte-parole de l'association.

Les deux prélats avaient été enlevés lundi à Kafar Dael, près d'Alep, alors qu'ils menaient une opération humanitaire, selon une source au sein des diocèses concernés.