Karzaï en guerre contre la «vulgarité» des médias afghans

Avec Reuters

— 

Le président afghan Hamid Karzaï s'est associé à la campagne que mènent des dignitaires religieux contre la diffusion de programmes «amoraux et anti-musulmans» sur les radios et télévisions du pays. Karzaï a ordonné par décret au ministère de l'Information et de la Culture d'empêcher les chaînes de télévision et les stations de radio de «diffuser des programmes vulgaires, obscènes, contre l'islam et contre la morale sociale», peut-on lire dans un communiqué diffusé par le conseil des ministres.

Ces critères ne sont pas précisément définis, mais Jalal Noorani, conseiller au ministère de la Culture, a déclaré à Reuters que le décret couvrait notamment les feuilletons indiens et des clips vidéos afghan mettant en scène, a-t-il dit, des danseuses «à demi nues».

Autorisation des époux à battre leur femme

Il a ajouté que les chaînes ne respectant pas ces normes pourraient se voir retirer leur licence d'exploitation. Vendredi, le Conseil des oulémas, un influent groupe religieux, a été reçu par Karzaï et a demandé au gouvernement d'agir contre les télévisions qui, estiment ces dignitaires, font parfois la promotion de la prostitution.

Plus de 50 chaînes privées de télévision, 150 stations de radio et un millier de journaux forment le paysage médiatique afghan, en plein essor depuis la chute du régime des taliban, fin 2001. Pour certains opposants à Karzaï, le président afghan, par ce type de décrets, tente surtout d'amadouer les taliban et de les convaincre d'entamer des négociations.

Ils rappellent ainsi qu'il a notamment avalisé l'an dernier les préconisations de responsables religieux en faveur d'une ségrégation hommes/femmes sur les lieux de travail. Un autre décret a autorisé les époux à battre leur femme dans certaines circonstances.