Russie: Le procès de l'opposant n°1 à Poutine, Alexeï Navalny, reprend à Kirov

20 Minutes avec AFP
— 
L'opposant numéro un à Vladimir Poutine, Alexeï Navalny, pour "détournement de fonds" a repris à Kirov, à 900 km de Moscou, après une première audience ajournée la semaine dernière, une affaire "fabriquée de toutes pièces" selon lui et de nombreux opposants en Russie.
L'opposant numéro un à Vladimir Poutine, Alexeï Navalny, pour "détournement de fonds" a repris à Kirov, à 900 km de Moscou, après une première audience ajournée la semaine dernière, une affaire "fabriquée de toutes pièces" selon lui et de nombreux opposants en Russie. — Andrey Smirnov AFP

L'opposant numéro un à Vladimir Poutine, Alexeï Navalny, pour «détournement de fonds» a repris à Kirov, à 900 km de Moscou,  après une première audience ajournée la semaine dernière, une affaire  «fabriquée de toutes pièces» selon lui et de nombreux opposants en  Russie.

L'opposant, en jeans et chemise, n'a pas fait de  déclaration à son arrivée dans la salle, dans laquelle se trouvaient  notamment son épouse et le leader du mouvement d'opposition Solidarnost,  Ilia Iachine. Alexeï Navalny est accusé d'avoir organisé en 2009 le  détournement de 400.000 euros au détriment d'une exploitation  forestière, Kirovles.

L'un des meneurs de la contestation

Son  procès, ouvert le 17 avril, avait été ajourné d'une semaine après une  audience de 45 minutes. Le juge avait accédé partiellement à la demande  de la défense qui souhaitait un mois de plus pour étudier le dossier.

Plus  d'une centaine de journalistes mais aussi de partisans de l'avocat et  blogueur anticorruption étaient alors venus à Kirov pour l'occasion.  Mercredi, la même foule est attendue. La mairie de la ville a autorisé  l'organisation de deux rassemblements près du tribunal, l'un contre et  l'autre en faveur de l'opposant, qui dénonce la tenue de ce procès.

Orateur efficace lors des manifestations  anti-Poutine, pourfendeur de la corruption via des révélations  retentissantes publiées sur l'Internet, Alexeï Navalny, 36 ans, est  devenu l'un des meneurs de la contestation née en 2011 pour dénoncer les  fraudes lors des législatives remportées par le parti de Vladimir  Poutine, Russie Unie.

La perspective d'une condamnation n'a en  rien entamé son caractère offensif: il a affirmé que le régime russe  allait s'écrouler dans «pas plus de deux ans», annoncé son ambition de  devenir président et promis de mettre alors en prison Vladimir Poutine  et ses amis.

En attendant, Alexeï Navalny va devoir affronter la  justice dans de multiples affaires, ses démêlés judiciaires ne  s'arrêtant pas, loin de là, à l'affaire Kirovles. Au lendemain de la  courte première audience du procès de Kirov, il a appris qu'une nouvelle  enquête pour escroquerie était ouverte contre lui et son frère Oleg.