Birmanie: 56 détenus libérés après la levée des sanctions de l'Union Européenne

Avec Reuters

— 

Le président birman Thein Sein a annoncé mardi une amnistie pour cent prisonniers, dont plus de la moitié sont des prisonniers politiques, a-t-on appris auprès d'un responsable. Cette libération, la dernière d'une série d'amnisties accordées par le président, intervient au lendemain de la levée des sanctions prises par l'Union européenne contre la Birmanie, excepté l'embargo sur les armes.

Bo Kyi, membre de l'Association d'aide aux prisonniers politiques (AAPP), a confirmé à Reuters la libération de 56 prisonniers de cinq prisons du pays. Selon AAPP, 176 personnes sont toujours en détention. Plus de 800 prisonniers politiques ont été libérés entre mai 2011 et novembre 2012. Certaines de ces libérations ont eu lieu à la suite du déplacement à Washington de Thein Sein en septembre 2012 ou de la visite officielle de Barack Obama en Birmanie il y a deux mois.

L'Union européenne a levé lundi toutes les sanctions prises contre la Birmanie, sauf l'embargo sur les armes, malgré un rapport de l'ONG Human Rights Watch accusant les autorités de Rangoun de complicité dans le massacre de musulmans dans l'ouest du pays l'an dernier.

L'ONG Human Rights Watch a publié lundi un rapport où elle accuse les autorités de l'Etat de Rakhine de participer depuis 2012 à une campagne de "nettoyage ethnique" contre la minorité musulmane dans cette région de l'ouest de la Birmanie, et parle de "crimes contre l'humanité".