François Hollande condamne l'attentat de Tripoli, veut que «toute la lumière soit faite»

avec AFP

— 

Durant la campagne présidentielle, François Hollande s'était engagé à ne plus tenir de réunions avec les députés de la majorité, comme celles qu'organisait Nicolas Sarkozy à l'Elysée.
Durant la campagne présidentielle, François Hollande s'était engagé à ne plus tenir de réunions avec les députés de la majorité, comme celles qu'organisait Nicolas Sarkozy à l'Elysée. — Francois Guillot AFP

François Hollande a condamné ce mardi «avec la plus grande fermeté» l'attentat contre l'ambassade de France en Libye, dans lequel deux gendarmes français ont été blessés et demandé aux autorités libyennes que «toute la lumière soit faite sur cet acte inacceptable», a indiqué l'Elysée dans un communiqué.

>> Pour suivre en direct les événements à Tripoli, c'est par ici

«Le président de la République condamne avec la plus grande fermeté l'attentat qui a frappé l'ambassade de France à Tripoli et qui a blessé deux gendarmes assurant la sécurité de notre emprise diplomatique», a déclaré le chef de l'Etat.

Il a demandé au ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius «d'envoyer immédiatement son représentant pour prendre sur place toutes les mesures nécessaires et veiller au rapatriement» des deux blessés à qui il a adressé ses «voeux de prompt rétablissement».

«La France attend des autorités libyennes que toute la lumière soit faite sur cet acte inacceptable, pour que les auteurs soient identifiés et traduits devant la justice», a aussi affirmé François Hollande. «Cet acte vise, à travers la France, tous les pays de la communauté internationale engagés dans la lutte contre le terrorisme», a-t-il souligné.

Un attentat à la voiture piégée a visé mardi matin l'ambassade de France à Tripoli, blessant deux gendarmes mobiles et provoquant d'importants dégâts, dans la première attaque contre des intérêts français en Libye depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.