Italie: Bersani va proposer un candidat de compromis à la présidence

Avec Reuters

— 

Pier Luigi Bersani, chef de file du centre-gauche italien, va proposer la candidature de Franco Marini, vice-président du Sénat et ancien dirigeant syndical, à la présidence de la République, a-t-on appris ce mercredi de source politique. Son choix pourrait être soutenu par les centristes réunis autour de Mario Monti de même que par Peuple de la liberté, le parti de Silvio Berlusconi, ajoute-t-on de même source. Dans un communiqué, Bersani a simplement indiqué que les conditions semblaient réunies pour soumettre une «solution communément partagée».

Le mouvement Cinq Etoiles de Beppe Grillo a annoncé lui qu'il changeait de candidat. Milena Gabanelli, journaliste de télévision, était arrivée en tête du vote des «Grillini», organisé par Internet. Elle s'est retirée de la course. Le mouvement défend désormais la candidature de Stefano Rodota, universitaire et politicien de gauche, porté à la deuxième place de la consultation. Le mandat de l'actuel président, Giorgio Napolitano, s'achève le 15 mai. Son successeur doit être élu au suffrage indirect par un collège de 1.007 grands électeurs (les sénateurs, les députés et 58 représentants des régions).

Le processus de désignation débute ce jeudi à 10h au rythme de deux tours de scrutin par jour. Une majorité des deux tiers est requise lors des trois premiers tours de scrutin. Ensuite, l'élection se joue à la majorité simple. Si la fonction présidentielle est pour l'essentiel honorifique, le successeur de Napolitano au palais Quirinal disposera cependant d'une arme qui faisait défaut à l'actuel président pour tenter de sortir l'Italie de l'impasse politique issue des législatives de février: la capacité de dissoudre le Parlement.