Attentat de Boston: Un ou deux suspects repérés mais pas encore arrêtés

ETATS-UNIS Les autorités ne les auraient pas encore formellement identifiés

P.B.

— 

Des enquêteurs examinent la scène du double attentat de Boston qui a fait 3 morts et 176 blessés le 15 avril 2013.
Des enquêteurs examinent la scène du double attentat de Boston qui a fait 3 morts et 176 blessés le 15 avril 2013. — S.STAPLETON/REUTERS

L'enquête a progressé, mercredi, mais le FBI ne tient pas encore l'ennemi n°1. Ou peut-être les ennemis: selon CNN et Fox News, deux hommes seraient considérés comme des suspects «du plus haut intérêt». Ils ont été repérés sur des vidéos filmées par des caméras de surveillance.

Un journaliste de Fox a vu les clichés. Selon lui, ils sont «nets». Un homme porte un sac à dos ressemblant aux restes de celui trouvé par les autorités dans lequel se trouvait sans doute la Cocotte-Minute piégée. L'autre homme possède également «une sorte de sac». Selon CNN, les deux hommes n'ont pas encore été identifiés. Leurs photos ne seront pas, pour l'instant, publiées car le FBI ne veut pas «perturber l'enquête», alors que de nombreux internautes jouent aux détectives sur le site communautaire Reddit.

Après des informations contradictoires données par les médias américains, mercredi, le FBI et la police de Boston ont démenti avoir arrêté tout suspect.  

Conférence de presse annulée

Le FBI devait faire le point sur l'enquête dans la soirée mais la conférence de presse a finalement été annulée. Elle pourrait avoir lieu ce jeudi.

CNN a d'abord parlé d'un homme à la «peau sombre» tandis que CBS évoquait un homme blanc, jeune, coiffé d'une casquette. Les autorités ne savent pas, pour l'instant, si le double attentat a été commis par une ou deux personnes. Le motif reste mystérieux, en l'absence de revendication.

Le FBI a demandé aux médias d'arrêter de publier des informations non officielles car cela pouvait perturber l'enquête. Avec plus d'une trentaine d'agences (locales, régionales et fédérales) sur l'affaire, les fuites contradictoires se sont multipliées, mercredi.