Le Nigeria pourrait proposer une amnistie à Boko Haram

Avec Reuters

— 

Le président du Nigeria, Goodluck Jonathan, pourrait offrir une amnistie aux islamistes de la secte Boko Haram afin de mettre un terme à une insurrection qui a fait des milliers de morts. Une commission présidentielle de 26 membres présidée par le ministre des Affaires spéciales, Kabiru Turaki, va être chargée de définir les contours d'une amnistie qui permettrait un désarmement en 60 jours, a dit la présidence mercredi.

Boko Haram, qui souhaite créer un Etat islamique dans le nord du Nigeria, menace la stabilité de ce pays pétrolier membre de l'Opep. Les membres de la secte s'attaquent en priorité aux forces de l'ordre mais aussi aux églises, aux mosquées et ont de plus en plus recours aux attentats suicide. Le groupe a revendiqué fin février l'enlèvement et la détention de sept Français d'une même famille, trois adultes et quatre enfants, enlevés dans le nord du Cameroun et conduits ensuite au Nigeria.

Dissidents

Ces dernières semaines, les chefs traditionnels du Nord nigérian à majorité musulmane ont fait pression sur le président Jonathan, un chrétien du Sud, pour qu'il propose un accord à Boko Haram, l'emploi de la force militaire n'ayant pas permis de résoudre le conflit. D'autant que les chancelleries occidentales sont très préoccupées par les liens qui pourraient s'établir entre les islamistes nigérians et d'autres groupes de la région, notamment Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi).

Un processus de paix risque d'être compliqué par les contours mal définis de la structure de direction de Boko Haram et par l'existence de factions dissidentes. En outre, le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, a fait savoir par le passé qu'il n'était pas intéressé par des discussions avec le gouvernement. En 2009, l'amnistie accordée aux activistes du Mend, dans le delta du Niger, avait permis à des milliers d'hommes de déposer les armes. Mais ces activistes étaient bien connus et avaient montré une volonté de négocier, à la différence de ce qui se passe avec Boko Haram.