Obsèques de Thatcher: «Les excités pro ou anti-Thatcher sont loin d'être la majorité»

TÉMOIGNAGES es internautes de «20 Minutes», installés à Londres, Bristol ou en Ecosse, commentent les réactions des Britanniques au décès de Margaret Thatcher et à la polémique entourant ses funérailles...

Témoignages recueillis et édités par Christine Laemmel

— 

Matt Dunham/AP/SIPA

Du décès de Margaret Thatcher et de l’organisation des funérailles, on pourrait ne retenir qu’une chose: la controverse. L’ancienne Première ministre a déplu, tout autant qu’elle a convaincu. Pourtant, aujourd’hui, la majorité des Anglais semblent avoir fait le deuil de leur rancœur ou de leur passion. Des internautes de 20 Minutes installés en Angleterre et en Ecosse décrivent une acceptation collective du personnage, malgré quelques éclats de voix.

«La majorité des Anglais sont indifférents»

Sébastien travaille à Londres, à côté de la cathédrale Saint-Paul.  Selon cet internaute, «la majorité des Anglais sont indifférents» à la disparition de l’ex-Première ministre. Les pancartes des opposants, brandies devant le cercueil, marquent les esprits, comme ce «Demeure en paix», barré, transformé en «Demeure dans la honte». Pourtant, le public est peu nombreux aux abords du cortège. C’est l’information que retient Sébastien. «On montre surtout les excités anti ou pro Thatcher qui font beaucoup de bruit, mais ils sont très loin de la majorité», raconte-t-il. Les badauds descendraient de leur bureau quelques minutes, «plus par curiosité que pour vraiment rendre hommage ou dénoncer».

Pas de quoi détourner les collègues écossais de Cécilia, de leurs principaux sujets de conversation: «l'arrivée éventuelle du printemps pour le mois prochain, ou par le passage direct à l'automne étant donné la météo», s’amuse-t-elle dans les commentaires.

Dans la famille pour laquelle travaille Pauline en tant que jeune fille au pair, à Beaconsfield, à 40km au nord-ouest de Londres, le sujet n’a été «abordé qu'a deux reprises, lors du décès de Margaret Thatcher et ce mercredi, pour les funérailles.» Elle décrit des réactions mitigées entre le «on ne l’aime pas alors on s’en fiche», jusqu’aux démonstrations de respect «même si elle a fait des choses pas toujours très justes pour le pays», en passant par le lapidaire «passons».

«Les gens ont été choqués lors de l'annonce du prix des funérailles»

Une «retenue» purement britannique, qualifie Charlotte, qui vit à Bristol. «L'annonce de la mort de Margaret Thatcher a été vécue comme une excellente nouvelle, estime cette internaute, du moins dans les premières heures». Séance de sifflets diffusés à la TV, «old bitch» qui résonne dans les rues, ou jeunes qui «fêtent» le décès de l’ancienne Première ministre. Tous admettent certaines réactions ardentes. «Dans les pubs, les jeunes trinquent à sa mort puis sortent dans les rues et se réjouissent en le criant à tout va» raconte Claire, dont le conjoint anglais, est agriculteur dans l’Essex. A l’inverse, certains collègues d’Anne arboraient des mugs à l'effigie de Madame Thatcher, garnis de messages affectueux.

«Autour de moi, les gens ont été choqués lors de l'annonce du prix des funérailles, c'est la crise aussi ici, rappelle Charlotte. Voir autant d'argent dépensé pour quelqu'un qui selon eux leur en a pris tant, est scandaleux. Mais ils restent calme, ce sont des Anglais, aujourd’hui tout le monde s'en fiche de savoir que c'est les funérailles, personne n'en a parlé au travail, rien sur ma timeline Facebook. En gros, les annonces choquent et font bondir sous l'effet de la surprise, puis le légendaire flegme britannique reprend le dessus. Typique.»