Bahreïn: L'opposition appelle à manifester avant le Grand Prix

Avec Reuters

— 

Le Wefaq, principale formation de l'opposition bahreïnie, appelle à une montée en puissance progressive des manifestations pacifiques d'ici à la tenue, dimanche, du Grand Prix de Formule Un sur le circuit de Sakhir. Le cheikh Ali Salman, chef de file du mouvement chiite, se dit prêt à rencontrer le Britannique Bernie Ecclestone, patron de la F1. «Nous sommes prêts à rencontrer tout le monde», a-t-il déclaré à Reuters. L'homme d'affaires, qu'un groupe d'élus britanniques a invité à annuler la course, comme en 2011, a lui aussi accepté le principe d'une rencontre avec les représentants de l'opposition.

Le Wefaq entend tirer parti du retentissement médiatique de l'événement pour faire valoir ses revendications, a expliqué le cheikh Salman. «J'appelle à de nouvelles manifestations pacifiques. J'invite les gens à s'associer aux manifestations pacifiques pour exposer au monde entier nos demandes de réformes démocratiques.» «Je suis contre la violence. Nos manifestations auront lieu ce mercredi, demain jeudi et vendredi. Elles ne visent pas la course elle-même», a-t-il souligné. Plusieurs dizaines de milliers de personnes sont attendues pour le rassemblement de vendredi, point culminant de la mobilisation, a quant à lui indiqué Khalid al Marzouk, autre représentant du Wefaq.

L'édition 2012 s'était déjà déroulée sur fond de contestation. La monarchie sunnite qui règne sur une population majoritairement chiite peut aujourd'hui se prévaloir d'un "dialogue national" renoué avec l'opposition pour mettre fin à deux ans d'agitation et de violences. Interrompues en juillet 2011, les discussions ont repris en février. Elles en sont toutefois au même stade que lors de la dernière édition du Grand Prix. Manifestants et forces de l'ordre s'affrontent quotidiennement et les deux camps se rejettent la responsabilité du statu quo, ce qui fait craindre une aggravation de la crise.

L'instabilité inquiète bien au-delà des frontières du royaume. Port d'attache de la Ve flotte américaine, il est en outre en première ligne de la lutte d'influence que se livrent l'Arabie saoudite sunnite et l'Iran chiite. Les grandes manifestations de 2011, en plein printemps arabe, ont été réprimées avec l'aide militaire de Ryad et des Emirats arabes unis. Une commission d'enquête indépendante a avancé un bilan de 35 morts. L'opposition parle, elle, de 80 tués au moins.