Israël: Deux roquettes tirées du Sinaï atteignent Eilat sans faire de victimes

© 2013 AFP

— 

Au moins deux roquettes se sont abattues mercredi matin dans la ville israélienne d'Eilat, sur la mer Rouge, sans faire de victime, selon la police et l'armée israéliennes.
Au moins deux roquettes se sont abattues mercredi matin dans la ville israélienne d'Eilat, sur la mer Rouge, sans faire de victime, selon la police et l'armée israéliennes. — Jim Hollander POOL

Au moins deux roquettes se sont abattues ce mercredi matin dans la ville israélienne d'Eilat, sur la mer Rouge, sans faire de victime, selon la police et l'armée israéliennes. Les tirs ont été revendiqués par le Magles Choura al Moudjahidine, un mouvement salafiste lié à Al-Qaida.

«Il y a eu deux roquettes tirées depuis le Sinaï, les deux ont atterri dans des zones inhabitées», a affirmé à l'AFP une porte-parole militaire israélienne. Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, à Londres pour les funérailles de Margaret Thatcher, était en consultations avec les responsables de la sécurité sur «le manière de réagir aux tirs», selon un communiqué de ses services.

«Deux lieux ont été touchés par une explosion»

«Deux lieux ont été touchés par une explosion, donc nous avons fermé l'aéroport par précaution», a déclaré le porte-parole de la police Micky Rosenfeld, avant d'en annoncer la réouverture, indiquant qu'aucune victime n'avait été signalée. «Une équipe de démineurs est en train d'inspecter la zone», a-t-il ajouté, précisant qu'une roquette était tombée dans une zone inhabitée d'Eilat. Les sirènes ont retenti et un certain nombre d'explosions ont été entendues, a expliqué Micky Rosenfeld.

Le système anti-missile Iron Dome, déployé dans les environs, n'est pas entré en action, a-t-on indiqué de sources militaires israéliennes. En août, deux roquettes étaient tombées sur Eilat sans faire ni victime ni dégâts. Après plusieurs jours de recherches, la police israélienne avait retrouvé les débris de ces deux roquettes apparemment tirées à partir du Sinaï égyptien. Un groupuscule djihadiste, «Ansar Beit al-Maqdis (les Partisans de Jerusalem)», avait revendiqué ces tirs.

Le dernier tir de roquette sur Israël remonte au 7 avril, quand un de ces projectiles tiré de la bande de Gaza était tombé dans une zone inhabitée du désert du Néguev, l'un des rares signalés depuis la trêve conclue le 21 novembre entre Israël et le Hamas, au pouvoir à Gaza, sous médiation de l'Egypte. La plupart de ces tirs ont été revendiqués par une coalition de groupes salafistes de Gaza, tenants d'un islamisme radical, le Majlis Choura al-Moujahidine.