Attentats de Boston: «A New York, nous sommes solidaires des Bostoniens car l'expérience de la terreur nous est familière»

REPORTAGE L'attentat qui a frappé Boston rappelle aux New-Yorkais le 11-Septembre...

Anne Demoulin, à New York

— 

Les New York Yankees ont rendu hommage aux victimes des attentats de Boston, le 16 avril 2013.
Les New York Yankees ont rendu hommage aux victimes des attentats de Boston, le 16 avril 2013. — REUTERS/Ray Stubblebine

De notre envoyée spéciale à New York

De Boston à New York, c'est comme si un pont s'était édifié lundi. Frappés il y a douze ans par les attentats les plus meurtriers de l'histoire sur le sol américain, les New-Yorkais compatissent particulièrement à la peine des habitants de Boston, où deux bombes ont explosé sur la ligne d'arrivée du marathon et fait au moins trois morts et plus de 170 blessés. «Ce qui s'est passé à Boston nous rappelle le 11-Septembre», explique Al, directeur général du Chelsea Pines Inn. Ce mardi à New York, chaque geste, pensée ou prière des habitants de Manhattan étaient tournés vers Boston.

«L'expérience de la terreur nous est familière»

De 9h20 à 9h21, une minute de silence devant la Bourse de New York. Au Financial District, dans le quartier de Ground Zero, l'ombre du 11-septembre planait. «Nos pensées et nos prières vont aux victimes des attentats du marathon de Boston», indiquait un communiqué du New York Stock Exchange.

Vers 10h à Washington Square Garden, «Nous partageons la tristesse et les angoisses des Bostoniens», nous confiait Susan, étudiante, qui, avec Emanuel et Sora, interpellait les New-Yorkais afin qu'ils prient avec eux quelques minutes pour Boston. «Pray for Boston», imessage lancé par Barack Obama lundi et repris par le maire de New York, qui a expressement demandé à ses conctoyens de «concentrer leurs pensées et prières aux victimes de Boston».

Message reçu: «New York a été et sera toujours une cible privilégiée, mais aujourd'hui, je pense surtout à mes amis à Boston», soulignait Michael, acteur new-yorkais. New York Times à la main. Siggy, retraitée, était à l'affus de la moindre information: «Je me sens très concernée, car j'ai de la famille à Boston. C'est une tragédie épouvantable, je prie pour eux.» «Nous sommes solidaires des Bostoniens, car comme eux, l'expérience de la terreur nous est familière», s'exclamait Mary, infirmière.

Solidarité sur les terrains de baseball

Devant l'Academie de musique de Brooklyn ce mardi soir, un message projeté: «L'obscurité ne peut pas chasser l'obscurité, seule la lumière le peut» et une mention «NY love B». Mais c'est au stade des Yankees, l'équipe de baseball de New York, que les habitants de la Grosse pomme ont manifesté leur plus belle preuve d'amour. Lors de la 3e manche, après une minute de silence, le stade a joué «Sweet Caroline», chanson du Fenway Park, le stade de Boston.

Un retour à l'envoyeur. En 2001, à Fenway Park, on avait joué «New York, New York». C'est pour cela que sur les murs du stade de New York, on lisait ce mardi: «Boston, New York, nous nous tenons unis».