La Corée du Nord empêche l'acheminement de vivres aux Sud-Coréens de Kaesong

© 2013 AFP

— 

La Corée du Nord a empêché mercredi une délégation d'hommes d'affaires sud-coréens d'apporter des vivres à leurs 200 employés restés sur le site industriel intercoréen, après sa fermeture unilatérale par Pyongyang.
La Corée du Nord a empêché mercredi une délégation d'hommes d'affaires sud-coréens d'apporter des vivres à leurs 200 employés restés sur le site industriel intercoréen, après sa fermeture unilatérale par Pyongyang. — Jung Yeon-Je AFP

La Corée du Nord a empêché mercredi une délégation d'hommes d'affaires sud-coréens d'apporter des vivres à leurs 200 employés restés sur le site industriel intercoréen, après sa fermeture unilatérale par Pyongyang.

Dix représentants des 123 entreprises sud-coréennes présentes à Kaesong avaient demandé l'autorisation de se rendre dans la zone industrielle afin d'approvisionner les salariés sud-coréens qui ont choisi de demeurer sur place malgré les tensions croissantes entre les deux pays.

«La Corée du Nord nous a informés que la demande de visite de 10 représentants des entreprises de Kaesong a été rejetée», a annoncé le ministre sud-coréen de l'Unification, chargé des relations intercoréennes, Kim Hyung-Seok. «Il est très regrettable que le Nord ait refusé cette demande et empêché un acte humanitaire», a-t-il dit.

Le Nord interdit aux Sud-Coréens l'accès au complexe, situé sur son territoire à une dizaine de kilomètres de la frontière, depuis le 3 avril et en a retiré ses 53.000 employés.

Sur les 900 Sud-Coréens travaillant ordinairement à Kaesong, 700 sont revenus en Corée du Sud.

Pyongyang a rejeté l'offre de dialogue du Sud à propos de l'avenir du site qui fonctionne au ralenti faute d'approvisionnement et de main d'oeuvre.

«Le régime fantoche (sud-coréen) ne peut pas s'exonérer de la responsabilité criminelle d'avoir mis Kaesong dans cette situation désastreuse», a déclaré mardi l'organisme nord-coréen chargé des zones économiques spéciales.

Kaesong est l'unique reliquat des efforts de rapprochement intercoréen, après le gel des relations bilatérales en 2010. Il a généré en 2012 un chiffre d'affaires de 469,5 millions de dollars US (366 millions d'euros), une manne en termes d'emploi, d'impôts et d'apport en devises étrangères.