Séisme: Les Etats-Unis et l'ONU proposent leur aide à l'Iran et au Pakistan

avec AFP

— 

Les Etats-Unis et l'ONU ont proposé leur aide après le séisme le plus puissant qu'ait connu l'Iran depuis 50 ans et qui a fait au moins 34 morts au Pakistan voisin, où l'armée était mobilisée mercredi pour porter secours aux victimes dans une région isolée du sud-ouest.
Les Etats-Unis et l'ONU ont proposé leur aide après le séisme le plus puissant qu'ait connu l'Iran depuis 50 ans et qui a fait au moins 34 morts au Pakistan voisin, où l'armée était mobilisée mercredi pour porter secours aux victimes dans une région isolée du sud-ouest. — Asif Hassan AFP

Les Etats-Unis et l'ONU ont proposé leur aide après le séisme le plus puissant qu'ait connu l'Iran depuis 50 ans et qui a fait au moins 34 morts au Pakistan voisin, où l'armée était mobilisée mercredi pour porter secours aux victimes dans une région isolée du sud-ouest.

La secousse évaluée à 7,8 par le Centre américain de géophysique (USGS) a fait des dizaines de blessés en Iran dans la province du Sistan-Baloutchistan située à plus de 1.300 km de la capitale Téhéran.

Tous les morts recensés jusqu'à présent l'ont été au Pakistan, dans la province pauvre du Baloutchistan, où les autorités ont également dénombré au moins 80 blessés après l'effondrement de plus de mille masures en briques de terre. Des immeubles ont tremblé jusqu'en Inde et dans les pays du Golfe.

Le Premier ministre intérimaire pakistanais, Hazar Khan Khoso, a demandé aux autorités provinciales du Baloutchistan de «porter secours aux personnes affligées par cette calamité», voire de les «évacuer».

Les paramilitaires ont été déployés sur place et des hélicoptères de l'armée transportant notamment du personnel médical et des tentes étaient en route pour Maskhail, ont indiqué les forces de sécurité pakistanaises.

Province stratégique qui borde à la fois l'Iran et l'Afghanistan, la plus grande et la moins peuplée du pays, le Baloutchistan est le théâtre d'attentats sanglants contre la minorité musulmane chiite et d'une insurrection locale qui demande entre autres un meilleur partage des ressources naturelles.