Une «vérité» au succès planétaire

©2006 20 minutes

— 

"Une vérité qui dérange", documentaire de Davis Guggenheim (Etats-Unis, 1H38), expose la croisade de l'Américain Al Gore, ancien vice-président de Bill Clinton (1993-2001), contre le réchauffement climatique. Dans ce film qui ne se veut pas pamphlétaire, Al Gore s'efforce de montrer qu'il s'agit du "plus grand défi moral auquel est confrontée l'humanité".
"Une vérité qui dérange", documentaire de Davis Guggenheim (Etats-Unis, 1H38), expose la croisade de l'Américain Al Gore, ancien vice-président de Bill Clinton (1993-2001), contre le réchauffement climatique. Dans ce film qui ne se veut pas pamphlétaire, Al Gore s'efforce de montrer qu'il s'agit du "plus grand défi moral auquel est confrontée l'humanité". — AFP

Le réchauffement climatique existe-t-il vraiment ? Après avoir vu le film alarmant dans lequel Al Gore apparaît, ceux qui en doutent encore devraient cette fois être convaincus. Avec Une vérité qui dérange*, qui sort aujourd'hui en France, l'ancien vice-président démocrate veut battre en brèche l'apathie politique face à une catastrophe programmée. Objectif numéro un : convaincre les Américains de la gravité de la situation. Les Etats-Unis, non-signataires du protocole de Kyoto, sont à l'origine de 25 % des émissions des gaz responsables du réchauffement climatique.

Pédagogique, Al Gore s'appuie dans le documentaire sur des graphiques, des diapositives et des animations numériques, qu'il agrémente d'humour et d'images spectaculaires. Il estime avoir fait cette présentation un millier de fois à travers le monde depuis qu'il est redevenu un simple citoyen. La recette fonctionne au-delà de ses espérances. Le film, réalisé par Davis Guggenheim, fait un triomphe aux Etats-Unis, se hissant au rang de troisième plus gros succès de l'histoire du documentaire (derrière Fahrenheit 9/11 et La Marche de l'empereur, mais devant Bowling for Columbine).

En France, les climatologues sont doublement ravis. Non seulement « tout est scientifiquement exact », affirme l'un deux, mais en plus le film tombe à pic après le tollé provoqué par l'ex-ministre de la Recherche, Claude Allègre. Fin septembre, il avait affirmé que les changements climatiques ne sont pas le signe d'un réchauffement global de la terre, et surtout que leur cause reste inconnue.

Faustine Vincent

*Plus d'infos sur www.criseclimatique.fr

Le film sera projeté à l'Assemblée nationale ce soir. Seuls quelque 150 députés sur 577 ont répondu à l'appel.