Nucléaire : Pyongyang veut tenir tête

©2006 20 minutes

— 

Apporter une réponse commune à l'essai nucléaire nord-coréen. Tel était hier le défi des cinq membres permanents du Conseil de Sécurité de l'ONU et du Japon. Car si, la veille, une condamnation unanime ne faisait pas de doute, le choix des sanctions était au centre des discussions. La Chine, alliée historique de la Corée du Nord, préconisait encore la méthode douce : « des mesures adéquates grâce au dialogue et à des consultations ». Pour les gouvernements du Japon et de la Corée du Sud en revanche, des mesures fermes semblaient nécessaires.

Le projet de résolution des Etats-Unis, actuellement en circulation, correspond à leurs attentes. Placé sous le chapitre VII de la Charte de l'ONU, qui peut, à terme, justifier une intervention militaire, le texte prévoit un embargo sur tout équipement pouvant être utilisé à des fins militaires, préconise un blocus sur les produits de luxe et le blocage des flux financiers. En bref, il met Pyongyang sous le contrôle absolu de la communauté internationale. La Corée du Nord ne l'entend évidemment pas de cette oreille et continue à jouer la surenchère. Hier, Pyongyang menaçait de tirer un missile à tête nucléaire si les Etats-Unis refusaient de faire des concessions.

Armelle Le Goff

La faible intensité de la détonation sème le doute. Bombe nucléaire ou conventionnelle ? Washington estimait, hier, que cela ne changeait rien au fait que l'opération devait être condamnée.