Allemagne: Le procès de la militante néonazie Beate Zschäpe reporté au 6 mai

Avec Reuters

— 

Le procès d'une militante néonazie qui devait s'ouvrir mercredi à Munich a été reporté au 6 mai, la Cour constitutionnelle ayant jugé insuffisant le nombre de places réservées à la presse étrangère. Beate Zschäpe est la seule survivante d'un groupuscule soupçonné du meurtre de huit immigrés turcs, d'un Grec et d'une policière. Elle doit comparaître aux côtés de quatre complices présumés.

Le tribunal de Munich chargé de l'affaire avait réservé 50 places aux journalistes étrangers et les a attribuées aux premiers qui en ont fait la demande. Aucun organe de presse turc n'avait pu être accrédité, et l'un d'eux a saisi la Cour constitutionnelle. «A la lumière de l'arrêt de la Cour constitutionnelle (...), un nouveau processus d'accréditation est nécessaire», dit le tribunal de Munich dans un communiqué.

Beate Zschäpe, Uwe Mundlos et Uwe Böhnhardt se sont lancés dans l'action armée en 1998 avec la création de la «Clandestinité nationale-socialiste» (Nationalsozialistischer Untergrund, NSU). Animés d'une xénophobie et d'un radicalisme encore jamais vus dans les milieux néonazis, ils allaient bouleverser une Allemagne qui croyait avoir tiré les leçons de son passé.

Malgré ses méfaits, la NSU n'a jamais attirer l'attention des forces de l'ordre et son existence n'a été révélée que de façon fortuite en novembre 2011. De retour d'une attaque de banque manquée, Mundlos et Böhnhardt ont alors mis le feu à leur caravane avant de se suicider à Eisenach. Beate Zschäpe s'est livrée à la justice quatre jours plus tard. La découverte du groupuscule a été suivie d'une série de révélations sur les lacunes de l'enquête, le cloisonnement des services impliqués et les négligences à l'égard d'une extrême droite dont la menace n'était pas réellement prise au sérieux.