La Corée du Nord au centre des efforts de John Kerry

ASIE En tournée, le secrétaire d'Etat américain a tenté d'apaiser les tensions...

Faustine Vincent

— 

John Kerry a terminé sa tournée asiatique par le Japon, dimanche.
John Kerry a terminé sa tournée asiatique par le Japon, dimanche. — P.J. RICHARDS / AP / SIPA

La crise avec la Corée du Nord était au cœur des discussions entre le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, et ses partenaires asiatiques lors de sa tournée dans la région. Après la Chine et la Corée du Sud, John Kerry était dimanche au Japon, l'ultime étape. «Au Japon et en Corée du Sud, le but était de rassurer en disant que les Etats-Unis sont prêts à les aider à se défendre si les choses vont trop loin avec la Corée du Nord», explique Valérie Niquet, chercheuse à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS).

Date propice aux provocations

Mais Kerry a échoué à convaincre la Chine, seul grand allié de la Corée du Nord, de faire pression sur Pyongyang pour qu'il cesse la surenchère après ses menaces d'attaque nucléaire contre les Etats-Unis et la Corée du Sud.

En Corée du Nord, les médias ont jusqu'ici ignoré les discussions du secrétaire d'Etat américain à Pékin et Séoul, consacrant une large couverture aux préparatifs, dans la capitale, du plus important jour férié de l'année. La naissance du fondateur de la dynastie au pouvoir, Kim Il-sung, le grand-père de l'actuel dirigeant Kim Jong-un, sera en effet célébrée ce lundi.

«L'an dernier, la date anniversaire a coïncidé avec les essais balistiques. Les tensions sont souvent fortes à cette date symbolique, note Valérie Niquet. Le coup d'éclat de Pyongyang envers les Etats-Unis est le moyen pour Kim Jong-un de s'affirmer face aux groupes qui lui sont hostiles au sommet du pouvoir.» C'est aussi une façon de montrer aux Américains et aux pays de la région que la Corée du Nord peut être une force de nuisance, quelques semaines après le vote de nouvelles sanctions de l'ONU.

 

■ Main tendue

«Nous sommes prêts au dialogue, mais il faut que le moment et les circonstances y soient propices», a déclaré John Kerry. Mais Pyongyang doit au préalable prendre des mesures concrètes sur la voie de la dénucléarisation, a-t-il ajouté.