Les réactions en France

— 

La ministre de la Défense Michèle Alliot-Marie a déclaré lundi devant la presse qu'"il revient au Conseil de sécurité de condamner vigoureusement" la Corée du Nord. "Nous avons constaté des mouvements qui permettent de penser qu'il y a eu une explosion, peut-être nucléaire. On est en cours de contrôle. Je condamne fermement cette action", a-t-elle ajouté.
"Aujourd'hui la Corée du Nord annonce avoir fait un essai nucléaire. Il conviendra de savoir s'il est une réalité ou pas, s'il est réussi ou pas, nous le saurons sans doute dans les tout prochains jours", a par ailleurs déclaré la ministre lors de son discours devant les participants au forum.

L'UMP "condamne avec la plus grande fermeté" le premier essai nucléaire de la Corée du Nord, a déclaré sa porte-parole Valérie Pécresse, lundi lors du point de presse hebdomadaire du parti majoritaire à Paris. "Par cette provocation, le régime dictatorial de Kim Jong-il, se met de lui-même une fois de plus au ban de la communauté internationale", a affirmé Mme Pécresse. Ce régime "ignore une fois de plus les inquiétudes de la communauté internationale tout comme les intérêts de son propre peuple. La Corée du Nord doit tenir ses engagements d'une péninsule coréenne dénucléarisée et cesser toute action qui pourrait mener à une détérioration de la situation, au risque de se soumettre à des sanctions internationales", a-t-elle mis en garde. Selon l'UMP, la Corée "doit reprendre le chemin des pourparlers multilatéraux abandonnés depuis presque un an".

Le Parti communiste français a dénoncé lundi une "fuite en avant" de la "dictature" nord-coréenne. "Au nom de pseudo-menaces sur sa sécurité, la Corée du Nord fait le choix de la course aux armements et de la déstabilisation de toute la sécurité régionale", a déclaré le PCF dans un communiqué. "Cet essai confirme la fuite en avant d'une dictature dont le discours anti-impérialiste ne sert plus qu'à prétexter la domination violente d'une bureaucratie sur son peuple", a-t-il ajouté. Le PCF estime par ailleurs que cet essai "illustre combien s'impose le développement d'une dynamique multilatérale de désarmement préalable à l'élimination des armes de destruction massive de la surface de la Terre".

"La France est totalement disqualifiée pour dénoncer le comportement, qui est effectivement irresponsable, des dirigeants de la Corée du Nord", a estimé lundi le réseau Sortir du Nucléaire. "En développant des programmes de simulation des essais nucléaires, la France de même que les USA donnent des prétextes aux autres pays pour continuer à développer eux aussi des armes atomiques", explique dans un communiqué le réseau, qui revendique l'adhésion de 759 associations.