Chine: le dissident Chen Guangcheng accuse Pékin de ne pas respecter leur accord

avec AFP

— 

"Le régime communiste n'a pas l'intention de changer": le dissident chinois Chen Guangcheng a accusé mardi Pékin de ne pas respecter l'accord négocié quand il avait fui en 2012 sa résidence surveillée avant d'être finalement autorisé à s'exiler aux Etats-Unis.
"Le régime communiste n'a pas l'intention de changer": le dissident chinois Chen Guangcheng a accusé mardi Pékin de ne pas respecter l'accord négocié quand il avait fui en 2012 sa résidence surveillée avant d'être finalement autorisé à s'exiler aux Etats-Unis. — Karen Bleier AFP

«Le régime communiste n'a pas l'intention de changer»: le dissident chinois Chen Guangcheng a accusé mardi Pékin de ne pas respecter l'accord négocié quand il avait fui en 2012 sa résidence surveillée avant d'être finalement autorisé à s'exiler aux Etats-Unis.

Dans un entretien accordé à l'AFP à Washington, l'avocat aveugle de naissance accuse les autorités chinoises de ne pas respecter leur promesse d'assurer la sécurité de sa famille et d'enquêter sur les abus qu'il avait dénoncés.

Chen Guangcheng, 41 ans, avait acquis une notoriété internationale pour avoir mis en cause les excès de la politique de l'enfant unique en Chine. Condamné à 4 ans de prison puis placé en résidence surveillée, il avait fui son village pour se réfugier à l'ambassade des Etats-Unis à Pékin, provoquant une crise entre la Chine et les Etats-Unis.

Persécution de la famille du dissident

Il avait été finalement autorisé à quitter la Chine pour étudier le droit à New York, où il vit depuis avec sa famille. «Non seulement le gouvernement chinois n'a pas respecté les promesses qu'il m'avait faites il y a un an, mais la situation a encore empiré, parce qu'il n'a pas cessé de persécuter les membres de ma famille», déclare-t-il.

«Cela suffit à démontrer que le régime communiste chinois n'a pas l'intention de changer», poursuit-il, pointant en particulier la condamnation en novembre 2012 de son neveu Chen Kegui à plus de trois ans de prison pour coups et blessures volontaires lors de son évasion. Selon M. Chen, son neveu avait été sévèrement battu, en représailles après qu'il s'est enfui de sa résidence surveillée.