L'Egypte pourrait amender sa Constitution, demande des opposants

Avec Reuters

— 

Le gouvernement égyptien, dirigé par les islamistes, a demandé à un comité d'experts juridiques de proposer des amendements à la Constitution, rapporte mardi l'agence officielle Mena, une initiative qui répondrait à une demande de l'opposition libérale et de gauche. Les opposants, réunis au sein du Front de salut national (FSN), avaient boycotté l'an dernier les travaux de l'Assemblée constituante pour dénoncer la surreprésentation des islamistes.

Ils réclament que la Constitution garantisse davantage les libertés publiques et les droits individuels, notamment des minorités religieuses et des femmes. Selon Mena, le Premier ministre, Hicham Kandil, a demandé aux experts de se pencher sur dix à quinze articles de la loi fondamentale, votée dans la précipitation par le Parlement en décembre et approuvé dans la foulée par référendum.

L'agence ne spécifie pas quels sont les articles concernés, ni quand les experts doivent rendre leurs travaux.