Proche-Orient: John Kerry entrevoit des «progrès»

avec AFP

— 

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a écarté mardi une reprise rapide des négociations de paix, au terme d'une visite de trois jours en Israël et dans les Territoires palestiniens, insistant sur la nécessité d'un travail de fond pour qu'elles aient une chance d'aboutir.
Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a écarté mardi une reprise rapide des négociations de paix, au terme d'une visite de trois jours en Israël et dans les Territoires palestiniens, insistant sur la nécessité d'un travail de fond pour qu'elles aient une chance d'aboutir. — Paul J. Richards AFP

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a fait état ce mardi de «progrès» à la suite de ses discussions avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu sur les perspectives de paix avec les Palestiniens. «Il est juste de dire que nous avons fait des progrès», a déclaré M. Kerry aux journalistes avant une nouvelle rencontre mardi à Jérusalem avec M. Netanyahu, en compagnie duquel il a dîné lundi soir, l'occasion d'avoir «une discussion très longue et productive», selon lui.

«Le président (américain Barack) Obama ne pourrait pas être plus clair: l'Iran ne peut pas avoir et n'aura pas l'arme nucléaire», a-t-il assuré par ailleurs, en référence aux inquiétudes d'Israël vis-à-vis du programme nucléaire controversé de Téhéran. Sur le dossier israélo-palestinien, MM. Kerry et Netanyahu sont convenus de «faire leurs devoirs lors des prochaines semaines», a ajouté le secrétaire d'Etat américain, saluant les «efforts de bonne foi» du Premier ministre israélien.

«Stratégie discrète»

M. Netanyahu s'est dit pour sa part «déterminé non seulement à reprendre le processus de paix avec les Palestiniens mais aussi à faire un effort sérieux pour mettre fin à ce conflit une bonne fois pour toutes».

Le secrétaire d'Etat américain a expliqué lundi à Jérusalem privilégier une «stratégie discrète» pour relancer le processus de paix mais qu'il ne cèderait pas à la précipitation pour le faire avancer, à l'issue d'entretiens avec le Premier ministre palestinien Salam Fayyad et le président israélien Shimon Peres.