L'empreinte durable de Thatcher

À Londres, Éric Albert

— 

Margaret Thatcher (ci-dessus en 1996) a dirigé le gouvernement britannique pendant onze ans.
Margaret Thatcher (ci-dessus en 1996) a dirigé le gouvernement britannique pendant onze ans. — THE GUARDIAN / SIPA

«La Dame de fer», morte lundi d'une crise cardiaque à 87 ans, a profondément changé la Grande-Bretagne et marqué son époque. Pendant onze années à la tête du Royaume-Uni, elle a engagé son pays dans un programme de réformes radicales : privatisation, dérégulation, affaiblissement des syndicats… En duo avec le président américain Ronald Reagan, elle a aidé à gagner la guerre froide. Malgré les controverses, Margaret Thatcher n'était pourtant plus remise en cause en Grande-Bretagne.

Née en 1925 dans une famille méthodiste à la tête d'une petite épicerie, Margaret Thatcher est la fille d'un conseiller municipal. Elle étudie à Oxford, où elle devient la présidente de l'association étudiante des conservateurs. Devenue leader de son parti en 1975, elle remporte une courte victoire lors des législatives de 1979, devenant la première femme chef de gouvernement du monde occidental.

Inflexible face aux mineurs


La Grande-Bretagne est alors en grave crise économique. Sa politique de rigueur est très mal perçue et sa popularité est au plus bas. La guerre des Malouines, en 1982, va lui permettre de redresser la barre et d'être réélue triomphalement l'année suivante.

Mais son deuxième mandat débute par des difficultés. Pendant un an, elle fait face, inflexible, à la grande grève des mineurs. Dans le même temps, elle survit à une tentative d'assassinat de l'IRA, l'armée républicaine irlandaise. Après ces épreuves, Margaret Thatcher est libre de mener un grand programme de réformes. Les privatisations sont lancées, la grève de solidarité devient interdite et les logements sociaux sont partiellement mis en vente. De nouveau réélue, elle continue les réformes. Mais les tensions à l'intérieur du Parti conservateur sont vives. Une révolte de ses principaux ministres la force finalement à démissionner en novembre 1990.