Russie: Poutine ironise sur les Femen, nie toute discrimination anti-gay

Avec Reuters

— 

Accueilli ce lundi par des féministes du groupe Femen en Allemagne puis par des militants des droits homosexuels aux Pays-Bas, le président russe Vladimir Poutine a ironisé sur la «performance» des premières et affirmé que son pays ne pratiquait pas de discrimination à l'encontre des homosexuels.

Dans la matinée, alors qu'il visitait la foire commerciale de Hanovre, trois membres des Femen ont brièvement perturbé le protocole, se dévêtant jusqu'à la taille en le traitant de «dictateur». Les Femen, un mouvement féministe qui multiple ce type d'opérations commando, ont dénoncé l'arrestation et la condamnation des Pussy Riots, des jeunes artistes russes jugées pour avoir chanté une prière anti-Poutine dans la cathédrale orthodoxe du Christ-Sauveur de Moscou en février 2012.

«Vandalisme»

Les trois militantes ont été prestement évacuées par la sécurité. «C'est un acte de vandalisme qui, malheureusement se banalise dans le monde entier, dans toutes les grandes villes», a réagi Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin. «Il faut les punir». Le président russe a été plus modéré dans sa réaction, maniant l'ironie et assurant qu'il avait apprécié le spectacle.

«Pour ce qui est de cette performance, j'ai aimé», a-t-il ironisé lors d'une conférence de presse commune avec la chancelière allemande Angela Merkel. «Je n'ai pas compris ce qu'elles criaient, je n'ai pas même pas vu si elles étaient blondes, brunes ou si elles avaient les cheveux châtains», a-t-il ajouté. A son arrivée sur le site de la foire, des manifestants avaient déployé une banderole «Stop à la terreur politique !»