Poutine lance un appel au calme dans la péninsule coréenne

Avec Reuters

— 

Le président russe Vladimir Poutine, en visite à la foire d'Hanovre (Allemagne), a lancé lundi un appel au calme dans la crise coréenne et invité toutes les parties concernées à s'asseoir autour de la table de négociation. Manifestant sa préoccupation face à l'escalade de la situation, il a déclaré qu'en cas de déflagration, Tchernobyl (centrale ukrainienne où s'est déroulée en 1986 la plus grande catastrophe nucléaire civile de tous les temps, ndlr) ressemblerait en comparaison à «un conte de fées pour enfants».

«Ce n'est un secret pour personne, nous sommes préoccupés par l'escalade de la situation dans la péninsule coréenne parce que nous sommes voisins», a-t-il dit lors d'une conférence de presse. «Et si, Dieu nous en garde, quelque chose arrivait, Tchernobyl, que nous connaissons tous, pourrait bien ressembler (en comparaison) à un conte de fées pour enfants. Existe-il ou non une menace semblable? Je pense que oui (...) J'invite instamment chacun à conserver son calme (...) et à commencer à régler les problèmes (...) autour d'une table de négociation».

Le président russe s'est également réjoui de la décision, ce week-end, des Etats-Unis d'ajourner un tir de missile prévu de longue date en Californie afin de réduire la tension avec la Corée du Nord. «Je pense que nous devrions tous remercier les dirigeants américains pour cette mesure. J'espère que nos partenaires nord-coréens en prendront acte et en tireront certains conclusions et que chacun se calmera et commencera à oeuvrer ensemble pour faire descendre la tension», a-t-il dit. La chancelière allemande Angela Merkel a, lors de cette même conférence de presse, abondé dans le sens de son hôte russe en déclarant avoir convenu avec lui que la Corée du Nord devrait cesser ses «provocations».