Les deux camps crient victoire au Monténégro

Avec Reuters

— 

Filip Vujanovic, président sortant, et Miodrag Lekic, son adversaire, ont tous deux revendiqué la victoire dimanche soir à l'élection présidentielle au Monténégro. Dans une intervention télévisée, le chef d'Etat sortant de la petite République de l'ex-Yougoslavie a affirmé, sur la base des calculs de son Parti démocratique socialiste (DSP), qu'il était réélu avec 51,3% des voix.

Une vingtaine de minutes plus tard, son rival a affirmé lui: «Je suis en mesure d'annoncer que le peuple du Monténégro m'a confié le poste de président.» Selon les comptes de son parti, il aurait obtenu 50,5% des voix contre 49,5% pour le président sortant. Lekic a ajouté que l'affirmation de Vujanovic comportait en elle les «éléments d'un coup d'Etat». L'annonce des résultats officiels était attendue dans un premier temps au cours de la nuit, mais la commission électorale a fait savoir qu'elle aura lieu dans un délai de 48 heures après la fermeture des bureaux de vote intervenue à 20h00, dimanche.

La situation risque de provoquer des manifestations de rue et susciter l'agacement de l'Union européenne qui tente d'obtenir de l'ancienne république yougoslave les réformes nécessaires pour postuler au statut d'Etat membre. Les discussions ont débuté mi-2012 et pourraient durer plusieurs années.