Chine: Le gouvernement autorise la visite d'îles controversées

Avec Reuters
— 

Les Chinois vont être autorisés à se rendre dans les îles Paracel, en mer de  Chine méridionale, ce qui ne manquera pas d'irriter le Viêt-nam qui revendique  aussi ce groupe d'îlots pratiquement inhabités.

Un navire de croisière du groupe Haihang, pouvant transporter près de 2.000  passagers, est prêt à lever l'ancre, annonce l'agence Chine nouvelle. Un autre  bateau est en cours de construction par la société Hainan Harbour and Shipping  Holdings. «Les touristes mangeront et dormiront sur les bateaux de croisière et  pourront accoster sur les îles pour les visiter le 1er mai fête du Travail», a  déclaré samedi soir à Chine nouvelle Tan Li, vice-gouverneur de l'île de Hainan,  la province la plus au sud de la Chine.

Des prix «relativement élevés»

«Les prix seront relativement élevés en raison du coût important de la  construction des infrastructures de tourisme», a déclaré Huang Huaru, directeur  général d'une agence de voyage dans le Hainan. L'île principale des Paracel, Woody Island, ne compte qu'un hôtel d'une  soixantaine de chambres.

La Chine a pris le contrôle de ces îles, qu'elle appelle Xisha, en 1974 à  l'issue d'une bataille contre ce qui était alors le Viêt-nam du Sud. Depuis,  l'histoire de l'archipel, également revendiqué par Taiwan, a été émaillée  d'incidents. L'an dernier, la Chine a approuvé l'installation d'une garnison militaire à  Sansha, une localité des Paracel.

Le mois dernier, le Viêt-nam a accusé la Chine d'avoir ouvert le feu sur un  bateau de pêche près des Paracel, ce que Pékin a démenti. Le Viêt-nam, Taiwan, le sultanat de Brunei, la Malaisie et les Philippines  revendiquent aussi d'autres parties de la mer de Chine méridionale, notamment  les îles Spratly. La Chine a par ailleurs un différend maritime avec le Japon en mer de Chine  orientale, à propos des îles Senkaku-Diaoyu.