Allemagne: Un rival de Merkel épinglé pour des propos sur les enfants musulmans

avec AFP

— 

Le candidat social-démocrate à la chancellerie allemande, Peer Steinbrück, était vivement critiqué, notamment par sa rivale Angela Merkel samedi, après avoir prôné des cours de sports séparés pour les jeunes garçons et filles musulmans.
Le candidat social-démocrate à la chancellerie allemande, Peer Steinbrück, était vivement critiqué, notamment par sa rivale Angela Merkel samedi, après avoir prôné des cours de sports séparés pour les jeunes garçons et filles musulmans. — Johannes Eisele AFP

Le candidat social-démocrate à la chancellerie allemande, Peer Steinbrück, était vivement critiqué, notamment par sa rivale Angela Merkel samedi, après avoir prôné des cours de sports séparés pour les jeunes garçons et filles musulmans. La chancelière estime que c'est «un signal totalement mauvais en matière de politique d'intégration», a asséné le porte-parole adjoint du gouvernement allemand, Georg Streiter, au quotidien allemand régional Rheinische Post, paru samedi. Angela Merkel estime que l'intégration est une affaire très importante, que les gens doivent vivre ensemble, a-t-il ajouté.

Peer Steinbrück a accumulé les gaffes

Questionné mercredi à ce sujet, lors d'un forum de discussion, Peer Steinbrück, au plus bas dans les sondages, avait prôné la tenue de cours d'éducation physique séparés pour garçons et filles de confession musulmane. Cité par l'hebdomadaire allemand Focus à paraître dimanche, Peer Steinbrück, est depuis resté campé sur ses positions. «Je n'ai pas à revenir sur ce que j'ai dit. Beaucoup de parents musulmans contournent le problème du cours de sport en faisant passer leurs enfants pour malades. Cela ne peut pas être la solution», a-t-il dit, en marge d'une visite au président français François Hollande à Paris. Dans le quotidien Bild paru vendredi, la responsable de l'intégration du gouvernement allemand, Maria Böhmer (qui appartient au même parti que Mme Merkel les chrétiens-démocrates, CDU), a rejeté l'idée de Peer Steinbrück. «Apprendre et suivre des cours de sport ensemble stimulent l'intégration dans notre pays», a-t-elle dit.

Depuis son entrée en lice à l'automne dernier pour la course à la chancellerie, Peer Steinbrück a accumulé les gaffes, ce qui l'a fait dégringoler dans les sondages. Selon une enquête parue jeudi soir, si l'occupant de la chancellerie était élu au suffrage direct, ce qui n'est pas le cas, Angela Merkel, saluée en Allemagne pour sa gestion de la crise de l'euro, recueillerait 60% d'intentions de vote, contre 25% pour Peer Steinbrück. Les législatives sont prévues pour le 22 septembre prochain. Samedi, les journaux allemands faisaient leurs choux gras de la rencontre entre François Hollande et Peer Steinbrück à Paris. «François et Peer ne sont certainement pas une 'dream team' pour la campagne électorale», lançait le quotidien berlinois Berliner Zeitung. Le quotidien populaire Bild, journal le plus lu d'Allemagne, plus proche de la chancelière que de Peer Steinbrück, titrait moqueur: «rencontre au sommet des frustrés».