Ikea: du porc dans des lasagnes à l'élan surgelées vendues en Europe

© 2013 AFP

— 

Le géant suédois de l'ameublement Ikea a indiqué samedi qu'il avait arrêté la vente en Europe de lasagnes surgelées à base d'élan, après la découverte de traces de porc dans ces plats.
Le géant suédois de l'ameublement Ikea a indiqué samedi qu'il avait arrêté la vente en Europe de lasagnes surgelées à base d'élan, après la découverte de traces de porc dans ces plats. — Johannes Cleris SCANPIX SWEDEN

Le géant suédois de l'ameublement Ikea a indiqué samedi qu'il avait arrêté la vente en Europe de lasagnes surgelées à base d'élan, après la découverte de traces de porc dans ces plats.

Le produit, qui contient 12% de viande, a été uniquement vendu dans les pays européens et n'a pas été commercialisé dans le monde musulman, a précisé dans un communiqué le groupe. L'islam interdit la consommation de porc.

Ikea a retiré du marché 17.600 plats de lasagnes et a commencé à procéder à ses propres tests après qu'un laboratoire belge a trouvé que la viande hachée d'élan contenait un peu plus d'1% de porc.

«Nous avons été contactés le 22 mars par les autorités belges et nous avons réagi immédiatement», indique Josefin Thorell, porte-parole d'Ikea.

La contamination provient de la société Dafgaard, qui hâchait «de la viande de boeuf et de porc dans la matinée et de la viande d'élan l'après-midi», a précisé la porte-parole.

Cette même société avait fourni les boulettes de viande de boeuf retirées du marché par Ikea parce qu'elles contenaient de la viande de cheval.

«Nous avons examiné les procédés à suivre avec Dafgaard de façon à ce que cela ne se reproduise plus. La société dispose désormais d'installations séparées pour les différents types de production» de viande, a-t-elle ajouté.

Ikea a annoncé le 21 mars proposer à nouveau progressivement, dans ses restaurants des boulettes de viande et avoir réduit le nombre de ses fournisseurs pour celles-ci, après la découverte de viande chevaline.

Il a précisé avoir réduit de moitié le nombre de ses fournisseurs, passant de 15 à 7, ajoutant que les tests ADN allaient être systématisés sur tous les produits contenant de la viande hachée.